GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 23 Septembre
Mardi 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Climat tendu entre la Hongrie et l’Arménie après l'extradition d’un criminel vers l'Azerbaïdjan

    media Un drapeau hongrois a été brûlé samedi devant le consulat à Erevan. REUTERS/Tigran Mehrabyan

    Des centaines d'Arméniens étaient réunis, ce samedi matin 1er septembre, devant le consulat de Hongrie à Erevan, pour bombarder le bâtiment d’œufs et de tomates et brûler un drapeau hongrois. La raison de leur colère : l’extradition d’un soldat azerbaïdjanais, condamné en Hongrie à la prison à vie pour avoir décapité un soldat arménien, puis gracié dès son arrivée dans son pays.

    « L’Azerbaïdjan et la Hongrie ont ouvert la voie pour que ces crimes se répètent ». De fureur, le président arménien Serge Sarkissian a suspendu immédiatement les liens diplomatiques avec la Hongrie, qui a beau répéter que l'Azerbaïdjan lui avait promis de ne pas toucher à la sentence prononcée à Budapest, à savoir la perpétuité. Désormais, le mal est fait : le condamné, Ramil Safarov, a été gracié par le président azerbaïdjanais dès son arrivée dans le pays.

    Le Nagorny-Karabagh en toile de fond

    En 2004, Ramil Safarov est âgé de 35 ans. Il profite des cours d’anglais dispensés par l’Otan à Budapest pour tuer à coups de hache, et pendant son sommeil, l’officier arménien Gurgen Margarian. Lors de son procès, il explique que c’est la guerre du Nagorny-Karabagh (Haut-Karabagh) qui a motivé son geste, amenant le président arménien à parler d'un crime « ethnique ». Le Nagorny-Karabagh est cette enclave pour laquelle les deux ex-républiques soviétiques se sont affrontées dans un conflit qui a fait 30 000 morts au début des années 1990.

    De son côté, la Hongrie tente d’expliquer l'extradition de Ramil Safarov en mettant en avant les lois internationales sur le transfert des prisonniers. Mais la presse hongroise y voit plutôt la main du Premier ministre Viktor Orban et son plan d'expansion économique vers l'Est. Un parti d'opposition a même appelé à la démission du ministre de la Justice, affirmant que le gouvernement avait « vendu l'honneur de la Hongrie dans l'espoir d'un prêt azéri ».

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.