GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
Vendredi 22 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 24 Novembre
Lundi 25 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Colombie: la mairie de Bogota décrète le couvre-feu dans toute la ville après des violences et des pillages
    Moyen-Orient

    Turquie: Ankara soupçonne un appui des Kurdes syriens au PKK après un nouvel accrochage

    media Des Kurdes syriens près de la ville d'Alep, le 22 juillet 2012. AFP PHOTO / BULENT KILIC

    En Turquie, de violents combats ont eu lieu dans la nuit du dimanche 2 au lundi 3 septembre entre l'armée et des rebelles kurdes. Ces affrontements ont fait une trentaine de victimes : dix soldats turcs et une vingtaine de membres du PKK. La brusque multiplication, ces derniers jours, des attaques des séparatistes kurdes en Turquie, le long de sa frontière avec la Syrie, nourrit de plus belle les craintes d'Ankara de débordements sur son territoire du conflit syrien.

    Avec notre correspondant à Istanbul, Jérôme Bastion

    Depuis plusieurs semaines, le scénario de ces attaques meurtrières qui se répète inlassablement fait penser à la Turquie que la guérilla kurde tire avantage de l’autonomie de fait dont jouit la région kurde de Syrie, voire que le régime baasiste de Damas instrumentalise les Kurdes pour punir Ankara de son attitude hostile. Il est vrai que depuis le retrait des forces loyales à Bachar el-Assad du nord-est de la Syrie, frontalier avec la Turquie, c’est le Parti de l'union démocratique (PYD), émanation ou satellite du PKK turc, qui a pris le contrôle de cette région.

    Pourtant, les Kurdes syriens ne cessent de rappeler qu’ils veulent éviter tout conflit avec la Turquie voisine et ne visent qu’à gagner leur autonomie vis-à-vis du pouvoir central en place à Damas, pour installer une administration locale à la manière des Kurdes d’Irak, qui - il faut le rappeler - vivent en très bon voisinage avec les Turcs.

    Même si la Turquie ne voit pas d’un très bon œil ce nouvel embryon d’Etat kurde à sa frontière, et le fait savoir, rien ne dit que les rebelles kurdes du PKK sont effectivement renforcés par cette nouvelle donne syrienne.

    En revanche, il est certain qu’ils réagissent à l’absence de dialogue entre le gouvernement turc et la classe politique kurde, et à la marginalisation progressive de cette dernière, assortie d’arrestations en masse et de persécutions judiciaires depuis plusieurs mois.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.