GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 18 Décembre
Mercredi 19 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Les Pussy Riot au centre de la visite en Russie de l'ambassadeur français des droits de l'homme

    media

    Le sort des trois jeunes femmes condamnées à deux ans de prison pour avoir chanté une chanson anti-Poutine dans la cathédrale de Moscou était à l’ordre du jour de la visite mardi de l’ambassadeur français pour les droits de l'homme en Russie. François Zimeray a rencontré son homologue du ministère russe des Affaires étrangères, ainsi que les avocats et les proches des membres du groupe féministe Pussy Riot, mais il n’a pas pu voir les trois trois jeunes femmes, comme il l’avait espéré.

    Avec notre correspondante à Moscou, Anastasia Becchio

    François Zimeray est reparti de Moscou avec le regret de n’avoir pas pu s’entretenir avec les trois jeunes femmes qui sont derrière les barreaux depuis six mois. Sa demande auprès des instances judiciaires russes est restée lettre morte.

    « J’espérais vraiment pouvoir leur rendre visite. J’ai pu m’entretenir avec leurs avocats. Ils nous ont parlé des conditions de détention, de la crainte et la peur dans laquelle sont ces filles, de se retrouver dans des colonies pénitentiaires. Il faut savoir que deux de ces filles sont des jeunes mamans. L’une n’a pu voir son enfant qu’une fois en cinq mois, un enfant de cinq ans. Et l’autre ne l’a pas vu depuis le mois de mars dernier.

    La privation de liberté c’est une peine extrêmement dure, que la France a considéré comme disproportionnée. Je pense qu’on ne peut pas accepter que pour avoir exercé cette liberté de conscience ou tout simplement s'être librement exprimé, elles subissent aujourd’hui cette violence-là. »

    Un message que l’ambassadeur français pour les droits de l’homme a répété à son homologue du ministère russe des Affaires étrangères, qui à la suite de cet entretien a publié un communiqué appelant les partenaires étrangers à « éviter les évaluations politisées et jouer les mentors, ce qui ne peut être considéré autrement que comme une ingérence dans les affaires intérieures russes ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.