GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Portugal: la troïka et la politique d'austérité vouées aux gémonies par les manifestants

    media La troïka (BCE-FMI-Union européenne) était la cible préférée de nombreux slogans lors de la manifestation contre l'austérité du 15 septembre 2012. AFP/Patricia de Melo Moreira

    Des dizaines de milliers de Portugais ont envahi, samedi 15 septembre 2012, les rues des villes -50 000 personnes à Lisbonne et autant à Porto selon les organisateurs- pour dénoncer les mesures de rigueur imposées par les bailleurs de fonds du Portugal : l’Union européenne, le FMI et la Banque centrale européenne, cibles de nombreux slogans protestataires. Une politique d’austérité avalisée par le gouvernement de centre-droit de Pedro Passos Coelho. Un nouveau rendez-vous a été pris pour le 29 septembre à l’initiative de la centrale syndicale CGTP.

    Avec notre correspondante à Lisbonne, Marie-Line Darcy

    «Dehors la faim, la misère et le FMI !». Des milliers de Lisboètes ont martelés ce slogan samedi 15 septembre, pour dire leur refus de la politique d’austérité qui semble ne pas avoir de fin.

    Les dernières mesures annoncées par le Premier ministre, Pedro Passos Coelho, ont soulevé le peuple contre lui. Teresa, la soixantaine discrète a franchi le pas : «Moi, c’est la première fois que je viens à une manifestation. Cette fois j’ai pensé qu’il fallait que je vienne, parce que ça suffit ! Je n’avais encore jamais manifesté...  Il y a énormément de monde... Des gens de tous les styles de tous les âges qui sont venus dire : ça suffit !»

    Autre manifestante, Celsa, à l’inverse est déterminée à laisser libre cours à sa rage. Elle tape sur des casseroles pour marteler son mécontentement : «Je suis révoltée. Par la vente de mon pays à l’Union européenne et à tous les banquiers de la planète qui sont unis dans ce projet pour anéantir le droit souverain de plusieurs peuples. Moi je suis là pour défendre le Portugal. Je veux le bonheur de mon peuple, et son droit à vivre en bonne intelligence et dans la dignité.»

    A la fin du défilé pacifique, des manifestants sont allés occuper la place devant le Parlement et ont lancé des pétards sur les policiers. A Aveiro, une ville moyenne au nord du Portugal, un jeune homme a tenté de s’immoler par le feu.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.