GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    L'étudiante franco-turque Sevil Sevimli jugée pour terrorisme par la justice turque

    media Sevil Sevimli (d) et sa mère devant le tribunal de Bursa, le 25 septembre 2012. RFI/Jérôme Bastion

    Le procès de Sevil Sevimli, l’étudiante franco-turque a débuté ce mercredi 26 septembre devant la cour d’assise de Bursa, située au nord-ouest de la Turquie. Agée de 20 ans, Sevil Sevilmi est accusée d’appartenir à une organisation d’extrême gauche interdite proche de la cause alévie. Elle encourt entre 15 et 32 ans de prison. Au terme de l'audience, les juges ont rejeté sa demande de retour en France d'ici à la reprise du procès.

    Avec notre envoyé spécial à Bursa, Jérôme Bastion

    Sevil est sortie quelque peu abasourdie de cette première audience, étonnée que la  cour lui reproche des faits qui n’ont rien à voir avec l’accusation, dit-elle. Elle n’a rien fait de mal, en parcourant des sites internet d’information par exemple, ou même en distribuant des tracts pour demander la gratuité de l’enseignement, énumère-t-elle.

    Manifestement prise dans une machine qui la dépasse, Sevil Sevimli tente de se justifier un peu maladroitement. Elle n’a commis aucun crime, c’est vrai, mais la cour cite des écoutes téléphoniques, présente des photos où elle dit ne pas se reconnaître.

    Autant de preuves, de relations suivies, avec des militants sans doute beaucoup plus engagés qu’elle, à l’extrême gauche, et elle a du mal à convaincre qu’elle ne savait pas ce qu’elle faisait, qu’elle ne savait pas ce que, eux, faisaient, ni qu’elle ne savait pas ce qu’est le DHKP-C, le Front révolutionnaire de libération du peuple.

    Ses activités, même si elles sont avérées, n’en font pas, bien sûr, une terroriste. Mais la justice turque a toujours eu la main très lourde avec cette organisation connue pour ses attentats sanglants, dont le dernier remonte au 11 septembre dernier, qui avait coûté la vie à un policier à Istanbul.

    Au terme de l'audience, les juges ont levé le contrôle judiciaire imposé à la jeune femme depuis sa remise en liberté le 6 août. Mais ils ont rejeté sa demande d'autorisation de retour en France d'ici à la reprise du procès, fixée au 19 novembre. A l'annonce de cette décision, la mère de l'accusée, présente au procès, a fondu en larmes. Très déçue, Sevil Sevimli a refusé de répondre à la presse à l'issue de l'audience.

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.