La Grèce attend l'arrivée d'Angela Merkel dans un climat en apparence plus serein - Europe - RFI

 

  1. 12:10 TU Grand reportage
  2. 12:30 TU Journal
  3. 12:33 TU Sessions d'information
  4. 12:40 TU Accents d'Europe
  5. 13:00 TU Journal
  6. 13:10 TU Sessions d'information
  7. 13:30 TU Journal
  8. 13:33 TU Danse des mots
  9. 14:00 TU Journal
  10. 14:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  11. 14:30 TU Journal
  12. 14:33 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  13. 15:00 TU Journal
  14. 15:10 TU Autour de la question
  15. 15:30 TU Journal
  16. 15:33 TU Autour de la question
  17. 16:00 TU Journal
  18. 16:10 TU Radio foot internationale
  19. 16:30 TU Journal
  20. 16:33 TU Radio foot internationale
  21. 17:00 TU Journal
  22. 17:10 TU Sessions d'information
  23. 17:30 TU Journal
  24. 17:33 TU Sessions d'information
  25. 17:40 TU Accents d'Europe
  1. 12:10 TU Grand reportage
  2. 12:30 TU Sessions d'information
  3. 13:00 TU Journal
  4. 13:10 TU Sessions d'information
  5. 13:30 TU Journal
  6. 13:33 TU Danse des mots
  7. 14:00 TU Journal
  8. 14:10 TU Autour de la question
  9. 14:30 TU Journal
  10. 14:33 TU Autour de la question
  11. 15:00 TU Journal
  12. 15:10 TU Radio foot internationale
  13. 15:30 TU Journal
  14. 15:33 TU Radio foot internationale
  15. 16:00 TU Journal
  16. 16:10 TU Couleurs tropicales
  17. 16:30 TU Journal
  18. 16:33 TU Couleurs tropicales
  19. 17:00 TU Journal
  20. 17:10 TU Sessions d'information
  21. 17:30 TU Journal
  22. 17:33 TU Sessions d'information
  23. 17:40 TU Accents d'Europe
  24. 18:00 TU Journal
  25. 18:10 TU Ici l'Europe
fermer

Europe

Allemagne Grèce

La Grèce attend l'arrivée d'Angela Merkel dans un climat en apparence plus serein

media

La chancelière allemande sera à Athènes le mardi 9 octobre. Elle vient apporter son soutien au Premier ministre grec Antonis Samaras, dont elle salue les « efforts » de réforme. C'est la première fois depuis le début de la crise de la dette qu'Angela Merkel se rend en Grèce où elle est attendue dans une atmosphère semble-t-il, apaisée.
 

L’annonce de la venue à Athènes de la chancelière allemande, mardi 9 octobre, a été accueillie et annoncée ce vendredi 5 ocobre comme une bouffée d’oxygène. Cette visite représente une reconnaissance par les instances politiques européennes des efforts nationaux de la Grèce, au moment où de difficiles et cruciales transactions pour le pays sont en cours avec les créanciers de la troïka.

Cet apparent apaisement dans la crise de la dette grecque ne semble pas rassurer les technocrates européens. Ces derniers ont ouvertement déclaré, il y a quelques jours, « ne pas faire confiance aux estimations chiffrées du responsable des finances nationales ». De plus, le pays vit en ce moment un énorme scandale national de fraude fiscale qui éclabousse la classe politique au pouvoir ces vingt dernières années.

Malgré tout, le Premier ministre conservateur, Antonis Samaras, a réussi à faire venir à Athènes une des plus influences personnalités politiques européennes. C’est en deux mots ce que les médias et l’opinion publique déclarent actuellement.

Ce geste de bonne volonté et de reconnaissance des efforts nationaux pour aider le pays à faire face à la crise économique a été salué par tous les médias et les partis politiques représentés au parlement hellénique.

Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.