Les indépendantistes flamands veulent faire sortir la Belgique de l’Organisation internationale de la Francophonie - Europe - RFI

 

  1. 15:30 TU Journal
  2. 15:33 TU Autour de la question
  3. 16:00 TU Journal
  4. 16:10 TU Radio foot internationale
  5. 16:30 TU Journal
  6. 16:33 TU Radio foot internationale
  7. 17:00 TU Journal
  8. 17:10 TU Sessions d'information
  9. 17:30 TU Journal
  10. 17:33 TU Sessions d'information
  11. 17:40 TU Accents d'Europe
  12. 18:00 TU Journal
  13. 18:10 TU Décryptage
  14. 18:30 TU Journal
  15. 18:33 TU Sessions d'information
  16. 18:40 TU Débat du jour
  17. 19:00 TU Journal
  18. 19:10 TU Grand reportage
  19. 19:30 TU Journal
  20. 19:40 TU Sessions d'information
  21. 20:00 TU Journal
  22. 20:10 TU La bande passante
  23. 20:30 TU Journal
  24. 20:33 TU La bande passante
  25. 21:00 TU Journal
  1. 15:30 TU Journal
  2. 15:33 TU Radio foot internationale
  3. 16:00 TU Journal
  4. 16:10 TU Couleurs tropicales
  5. 16:30 TU Journal
  6. 16:33 TU Couleurs tropicales
  7. 17:00 TU Journal
  8. 17:10 TU Sessions d'information
  9. 17:30 TU Journal
  10. 17:33 TU Sessions d'information
  11. 17:40 TU Accents d'Europe
  12. 18:00 TU Journal
  13. 18:10 TU Grand reportage
  14. 18:30 TU Sessions d'information
  15. 19:00 TU Journal
  16. 19:10 TU Décryptage
  17. 19:30 TU Journal
  18. 19:40 TU Débat du jour
  19. 20:00 TU Journal
  20. 20:10 TU La bande passante
  21. 20:30 TU Journal
  22. 20:33 TU La bande passante
  23. 21:00 TU Journal
  24. 21:10 TU Radio foot internationale
  25. 21:30 TU Journal
fermer

Europe

Belgique

Les indépendantistes flamands veulent faire sortir la Belgique de l’Organisation internationale de la Francophonie

media

La coalition indépendantiste flamande N-VA a remis en cause, mercredi 10 octobre, l’adhésion de la Belgique à l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF). Dans un communiqué, cette coalition dénonce la participation de la Belgique au sommet de la Francophonie qui se tient ce week-end à Kinshasa.

Avec notre bureau à Bruxelles

« La Belgique n’est plus un pays francophone », crient sur tous les toits les séparatistes flamands de la N-VA, l’Alliance néo-flamande. Ils soulignent que seuls quatre Belges sur dix ont le français comme langue maternelle. Premier argument.

En outre, le sommet de la Francophonie se déroule en République démocratique du Congo, et l’ex-Zaïre est gouverné, selon les nationalistes flamands, par un parti suspect de fraude électorale. Deuxième argument.

Autant de raisons pour l’Alliance néo-flamande de contester le voyage à Kinshasa du ministre fédéral des Affaires étrangères Didier Reynders, pour le sommet de la Francophonie, et de contester dans la foulée, l’appartenance même du royaume à l’Organisation internationale de la Francophonie.

Tous arguments irrecevables, assène le ministre, qui souligne que depuis les premiers sommets de la francophonie en 1986, les Premiers ministres belges y ont toujours assisté, et ils étaient tous flamands. Et cette fois-ci d’ailleurs, le Premier ministre francophone, Elio Di Rupo, a renoncé à se rendre à Kinshasa, à cause justement, de ces soupçons de fraude électorale.

Dans la dernière ligne droite avant les élections municipales de dimanche, les nationalistes flamands de la N-VA, qui espèrent conquérir la mairie d’Anvers, font feu de tout bois pour faire parler d’eux.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.