GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Nouvelle frappe israélienne contre des cibles du Jihad islamique à Gaza (armée)
    Europe

    Lituanie: virage à gauche confirmé à l'issue des élections législatives

    media Bureau de vote dans la capitale Vilnius, le 14 octobre 2012: les électeurs devaient choisir leurs 141 députés parmi 1.927 candidats issus de 18 partis. Reuters/Ints Kalnins

    Le Parti du travail, un parti populiste de gauche et les sociaux-démocrates caracolent en tête des résultats. Selon des résultats encore partiels, le Parti du travail conduit par Victor Uspaskich arriverait en tête avec un peu plus de 25% des suffrages, devant les sociaux-démocrates d'Algirdas Butkevicius. Pour les analystes, ce résultat était prévisible.

    Avec notre correspondante à Vilnius, Marielle Vitureau

    La victoire de la gauche aux élections législatives en Lituanie, n’a rien de bien étonnant pour les analystes. Viktor Uspaskich, leader du Parti du travail, sait parler aux Lituaniens et promettre ce qu’il faut, affirme l’un. Pour un autre, ce résultat est la conséquence de la politique des conservateurs. L’austérité a certes épuisé les Lituaniens, mais la personnalité du Premier ministre sortant, le conservateur Andrius Kubilius, est également en jeu. Les Lituaniens lui ont souvent reproché de ne raisonner que par les chiffres, sans voir les situations tragiques derrière les baisses des retraites ou celles des aides sociales.

    Le vote protestataire, une constante en Lituanie

    Trois partis discutent déjà pour former la nouvelle coalition gouvernementale. Une future coalition haute en couleur d'ailleurs. Le Parti du travail est devant la justice pour comptabilité frauduleuse. Et le leader du troisième parti, Ordre et Justice, est Rolandas Paksas, le président destitué en 2004 pour avoir violé la constitution.

    Ces deux partis rassemblent les votes de protestation. Une tendance toujours très forte en Lituanie. La méfiance envers le pouvoir est souvent de mise et les partis gouvernant régulièrement sanctionnés.

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.