GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 13 Novembre
Mardi 14 Novembre
Mercredi 15 Novembre
Jeudi 16 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 18 Novembre
Dimanche 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Syrie/chimique: vote vendredi de l'ONU sur une prolongation d'un mois du mandat des enquêteurs (diplomates)
    • Le maire de Caracas, en fuite du Venezuela, va partir en Espagne (porte-parole)
    • Zimbabwe: la plupart des sections régionales du parti au pouvoir demandent à Mugabe de partir (TV d'Etat)
    • Syrie: 26 morts dans un attentat de l'EI contre des déplacés (OSDH)
    Europe

    Turquie : le pianiste Fazil Say jugé pour atteinte aux valeurs religieuses

    media

    Pianiste et compositeur mondialement connu, Fazil Say a dû comparaître ce jeudi 18 octobre devant un tribunal d’Istanbul. Il est accusé d’avoir porté atteinte aux valeurs religieuses des musulmans. Le virtuose du piano a rejeté toutes les accusations et ses avocats ont demandé l’acquittement, ce que la cour a refusé. Une centaine de militants, dont de nombreux artistes, sont venus soutenir Fazil Say. Il risque une peine de 18 mois de prison. La prochaine audience est fixée au 18 février.

    Ce sont trois particuliers qui ont saisi la justice turque. Ils s’estiment lésés par les prises de position de Fazil Say sur les réseaux sociaux. Agé de 42 ans, le virtuose du piano est un laïc convaincu. Il milite aussi contre le pouvoir du parti AKP du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, qu’il accuse de vouloir islamiser la société. Dans sa défense écrite, Fazil Say assure qu’il ne voulait insulter quiconque, il affirme qu’il voulait dénoncer les personnes qui exploitent les valeurs religieuses de la population.

    « Les problèmes de la Turquie proviennent en grande partie de la Constitution de 1982, imposée par la junte militaire de l’époque », explique le politologue Ali Kazancigil. « On attend toujours une nouvelle Constitution qui mette les droits de l’homme, les libertés fondamentales au-dessus des intérêts de l’Etat ». Un des articles du code pénal turc interdit le dénigrement, les critiques, les attaques contre les croyances des citoyens. C’est justement ce qu’on reproche à Fazil Say.

    Les conservateurs sunnites du gouvernement irrités

    Le pianiste, qui est aussi compositeur, fait référence dans plusieurs de ses œuvres au drame qui a eu lieu dans la ville de Sivas en 1993. Une foule d’islamistes intégristes avait mis le feu à un hôtel où séjournaient des intellectuels laïcs, la plupart appartenant à la communauté alévie. Trente-sept d’entre eux ont perdu la vie. Le militantisme de Fazil Say irrite les conservateurs sunnites du gouvernement, à un moment où, pour des raisons électoralistes, le Premier ministre Erdogan, qui a perdu le soutien des Kurdes et des Alevis, se rapproche de plus en plus des nationalistes et des conservateurs.

    Il y a aussi un autre facteur, sociologique, qui est essentiel aux yeux d’Ali Kazancigil. La république turque a été créée par les élites kémalistes, celles qui entouraient le père de la nation, Mustafa Kemal Atatürk, dans la première moitié du XXe siècle. Ces élites étaient partisanes d’une modernité à l’occidentale, alors que la grande majorité de la population, en Anatolie profonde, est restée en dehors de cette modernité, méprisée par les élites. Depuis les années 1980, et surtout durant ces dernières années, il y a eu un réveil social et économique en Anatolie.

    Un besoin de revanche

    Il existe maintenant dans la Turquie profonde un réseau très dense de PME et PMI, créé par des hommes d’affaires issus des mêmes milieux que les leaders de l’AKP. « Cette nouvelle élite est composée de conservateurs, qui sont aussi des puritains, ils ne supportent pas que leurs codes religieux, culturels et symboliques soient attaqués », souligne Ali Kazancigil. Chez Recep Tayyip Erdogan et chez d’autres dirigeants de l’AKP, il existe toujours un besoin de revanche, un besoin de se faire respecter dans leur être et leurs croyances.

    La prochaine audience dans le procès de Fazil Say a été fixée au 18 février 2013. Le pianiste, qui est connu et apprécié dans le monde entier, s’est éloigné des réseaux sociaux depuis son inculpation. Il y a quelque mois il avait indiqué qu’il envisageait de s’exiler au Japon. « Si je suis condamné à la prison, ma carrière sera terminée », affirmait-il. Venu devant le tribunal avec une centaine de militants, des artistes pour la plupart, le sculpteur Mehmet Aksoy a exprimé son indignation : « Les procès de l'Inquisition étaient les mêmes. Ils interdisent tout ce qui pousse les gens à penser, ou même à rire. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.