GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 29 Novembre
Mercredi 30 Novembre
Jeudi 1 Décembre
Vendredi 2 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 4 Décembre
Lundi 5 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Une étude sur la pauvreté écorne le modèle allemand

    media Un bénévole d'une association prépare la distribution de repas à Munich. En Allemagne, 5% de la population se considère comme pauvre. REUTERS/Michael Dalder

    Un Allemand sur cinq est touché par la pauvreté. Les nouveaux chiffres d’une étude européenne publiés ce mardi 23 octobre viennent confirmer d’autres statistiques qui égratignent le modèle allemand, alors même que le pays résiste toujours mieux que d’autres en Europe face à la crise qui frappe le continent.

    Ils ne peuvent pas payer leurs factures, manger régulièrement des repas équilibrés, se chauffer autant que nécessaire, disposer d’une voiture ou partir en vacances : 16 millions de personnes, un Allemand sur cinq, sont menacés par la pauvreté. 5 % de la population se considère comme pauvre. Ces chiffres publiés ce mardi pour l’année 2011 montrent une légère augmentation par rapport aux douze mois précédents. Les femmes sont plus frappées que les hommes.

    Ces statistiques tirés d’une étude européenne viennent confirmer d’autres chiffres récents pour l’Allemagne sur le risque de pauvreté qui touchait 16% de la population. Ce risque est particulièrement important pour les personnes sans emploi. Les deux tiers d’entre elles, contre un tiers en France ou 40 % en Espagne, sont menacées par la pauvreté. Une situation qui s’explique par des indemnités de chômage moins importantes et moins longues que dans d’autres pays européens. L’aide sociale perçue après un an de chômage ne protège pas un grand nombre de ses bénéficiaires des risques de pauvreté.

    « Working poors »

    Mais l’Allemagne est aussi concernée par le phénomène des « working poors », ces travailleurs dont les revenus très faibles ne leur permettent pas de boucler leurs fins de mois sans l’apport supplémentaire de soutiens étatiques. Certaines personnes ne travaillant que quelques mois par an et ont également des difficultés pour subvenir à leurs besoins.

    Enfin, parmi les retraités, les anciens actifs qui ont eu des itinéraires professionnels décousus ou qui ont peu cotisé touchent des retraites trop modestes pour
    s’en sortir. La ministre des Affaires sociales propose l’introduction d’un minimum vieillesse qui ne fait cependant pas l’unanimité au sein de la coalition conservatrice au pouvoir.

    Les Allemands confiants

    Une récente étude de la fondation Bertelsmann sur la pauvreté des enfants a en revanche montré une amélioration de la situation. Leur nombre a baissé l’an dernier de 1,6 %, mais concerne néanmoins 18 % des plus jeunes.

    Comme dans d’autres pays, les inégalités augmentent également en Allemagne. Si le nombre de pauvres reste important, quatre Allemands sur cinq sont satisfaits de leur situation financière qu’ils jugent même meilleure que dans le passé. Les trois quarts des Allemands n’ont pas de craintes particulières face à la crise de la zone euro, notamment pour leur emploi, ce qui place le pays en pole position en Europe.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.