GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
Dimanche 28 Août
Aujourd'hui
Mardi 30 Août
Mercredi 31 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Italie : la justice reconnaît le lien entre téléphone portable et tumeur au cerveau

    media

    Il y a un lien entre l'utilisation intensive de portables et des tumeurs au cerveau. C'est ce qu'a décidé la Cour de cassation italienne, mardi 23 octobre, reconnaissant la tumeur cérébrale d'un cadre supérieur, comme maladie professionnelle. Mais la décision chez nos voisins n'a pas suscité de réactions chez les autorités françaises.

    Un homme qui passait six heures sur son portable par jour, pour le travail, vient de voir sa tumeur du cerveau déclarée maladie professionnelle. Une première chez nos voisins italiens et en Europe.

    Mais l'absence de réaction des autorités inquiète Michèle Rivasi, député européenne Europe Ecologie-Les Verts. Le manque d'information des consommateurs aussi : « Il faut que le consommateur qu'on est tous, soit informé des risques d'une utilisation intensive du portable. Si on utilise trop son portable mis à l'oreille, on peut avoir des risques de tumeurs au cerveau, des problèmes au niveau des glandes salivaires... Il y a plusieurs études qui ont montré qu'il y avait des problèmes là-dessus ».

    Pour Etienne Cendrier, porte-parole de l'association Robin des toits pour la sécurité sanitaire des technologies sans fil, les autorités portent une grande part de responsabilité dans l'ignorance des dangers liés aux portable. Un scandale sanitaire potentiel qu'il compare à celui de l'amiante : « Le principe de précaution est constamment appliqué au profit de l'industrie, et pas du tout à celui de la santé publique. C'est-à-dire qu'à chaque fois on diligente des études pour tenter d'infirmer les études qui montrent qu'il y a des effets sur la santé. Et en fait on assiste à exactement la même chose que ce qui s'est passé dans l'amiante puisque pendant que l'on fait croire qu'il y a encore un vrai débat sur le sujet, le commerce continue ».

    Une proposition de loi pour réduire l'exposition aux ondes electromagnétiques doit être discutée à l'Assemblée nationale française dans les prochaines semaines.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.