GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 10 Octobre
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Le gouvernement turc laisse entendre qu’il pourrait négocier avec le PKK

    media Un combattant du PKK. DR

    En Turquie, le gouvernement a relancé l'hypothèse de négociations avec les séparatistes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). Cette annonce intervient au lendemain de l'arrêt d'une grève de la faim observée par des centaines de détenus kurdes depuis plus de deux mois.

    L'annonce du ministre turc de la Justice concernant d'éventuelles négociations avec le Parti des travailleurs du Kurdistan, apporte, bien évidemment, une lueur d'espoir aux Kurdes de Turquie.

    Pour l'instant, il s'agit simplement d'une possibilité. Rien n'indique que le gouvernement d'Ankara soit prêt à entamer de véritables négociations avec le PKK. Deux mois ont passé depuis que le chef du gouvernement, Recep Tayyip Erdogan, a lui-même évoqué la perspective de négociations avec les Kurdes - une déclaration qui n'a pas été suivie d'effet.

    Ce qui a changé depuis, c'est que le fondateur et chef du Parti des travailleurs du Kurdistan, Abdullah Öcalan, a demandé l'arrêt de la grève de la faim des autres détenus kurdes.

    En prison depuis 1999, Abdullah Öcalan semble revenir, en quelque sorte, dans le jeu politique. En tout cas, selon le journal turc Radikal, il aurait rencontré, dans sa prison, des responsables des services turcs de renseignement. Ces derniers auraient eu des contacts secrets avec d'autres leaders du PKK, l'année dernière à Oslo.

    Le principal parti turc d'opposition s'est déclaré favorable à des discussions avec Abdullah Öcalan, qui réclame entre autres l'usage de la langue kurde dans l'éducation et l'administration.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.