GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 13 Novembre
Mardi 14 Novembre
Mercredi 15 Novembre
Jeudi 16 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 18 Novembre
Dimanche 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Allemagne: le SPD désigne Peer Steinbrück pour ravir la chancellerie à Angela Merkel

    media Le ministre allemand des Finances, Peer Steinbrück, à son arrivée au Conseil … Peer Steinbrück, 65 ans, sera-t-il le prochain chancelier allemand ? (Photo : AFP)

    Sans surprise, Peer Steinbrück a été officiellement choisi par le SPD, ce dimanche 9 décembre, comme candidat à la chancellerie allemande avec 93,4% des voix. L'ancien ministre des Finances aura donc la lourde tâche de reconquérir le pouvoir lors des législatives de septembre prochain. A Hanovre, où son parti était réuni en congrès, il a voulu donner le ton de sa campagne : vers plus de justice sociale. 

    Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

    Justice sociale, égalité des chances, salaire minimum, droits des femmes : c’est avec un discours axé à gauche que le social-démocrate Peer Steinbrück s’est positionné pour séduire notamment les membres de son parti qui ont longtemps eu des états d’âme avec cet économiste plus à droite. Les dernières semaines ont été marquées par des polémiques sur les conférences rémunérées de l’ancien ministre des Finances qui lui ont rapporté 1,2 million d’euros en trois ans.

    Tout en refusant de jouer les Cassandre, il a toutefois souligné les limites du modèle allemand où beaucoup se sentent exclus d’après lui, malgré des résultats économiques des plus honorables.

    Rappelant les heures de gloire de la social-démocratie allemande pour prouver sa fidélité à son parti, Peer Steinbrück a estimé que l’heure était mûre pour un changement, souhaitant un gouvernement de gauche l’an prochain pour fêter comme il se doit les 150 ans du Parti social-démocrate (SPD).

    Le candidat à la chancellerie social-démocrate a neuf mois pour convaincre alors que, dans les sondages, son parti ne parvient pas à franchir la barre des 30%. La chancelière Angela Merkel reste très populaire et son parti, après son congrès il y a quelques jours, engrange son meilleur score depuis 2006 avec 40%.

    Les premières réactions de la presse allemande au discours de Peer Steinbrück

    «Sensation: Steinbrück est social-démocrate». Toujours mordant le quotidien berlinois Tageszeitung résume le sentiment ambiant après le discours du candidat SPD plus à droite que la majorité de son parti. Une base que Peer Steinbrück a voulu convaincre avec un discours mettant en avant la justice sociale. «La gauche du mouvement préfère le soutenir plutôt que de rester dans l’opposition» analyse la Westdeutsche Zeitung.

    La presse allemande souligne les talents d’orateurs de Peer Steinbrück et voit en lui un challenger crédible d’Angela Merkel. «Il a convaincu ses détracteurs, la campagne électorale a commencé» conclut le journal de centre-gauche Süddeutsche Zeitung. Le quotidien populaire Bild Zeitung, d’ordinaire pro-Merkel, évoque un «discours grandiose qui renforce le SPD».

    Le journal économique Handelsblatt critique en revanche des promesses électorales irréalistes et néfastes pour les milieux d’affaires. D’autres commentaires soulignent que si le candidat du SPD a réussi à obtenir le soutien de son parti, il lui faut encore convaincre les électeurs. Angela Merkel reste sensiblement plus populaire que son challenger et le parti chrétien-démocrate de la chancelière devance de plus de dix points le SPD dans les sondages.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.