GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 30 Novembre
Jeudi 1 Décembre
Vendredi 2 Décembre
Samedi 3 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 5 Décembre
Mardi 6 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Selon un élu social-démocrate suédois, faciliter l'immigration peut compliquer la lutte contre chômage

    media Stefan Löfven, élu social-démocrate suédois. wikipédia

    En Suède, le chef de l'opposition s'est illustré dimanche 23 décembre par des propos surprenants de la part d'un élu social-démocrate : Stefan Löfven a critiqué dans la presse un accord conclu l'an dernier qui facilite l'immigration. Selon le leader de gauche, le trop grand nombre important d'arrivées ne simplifie pas la lutte contre le chômage.

    Avec notre correspondant à Stockholm, Jean-Paul Pouron

    Le nouveau chef de file des sociaux-démocrates, Stefan Löfven, estime que le clivage social que l’on constate aujourd’hui en Suède est en grande partie dû à une politique d’immigration trop généreuse. Il critique un accord conclu en mars 2011 entre le gouvernement de centre-droit et le parti Vert (opposition), qui a facilité l'immigration pour des motifs économiques de ressortissants de pays non membres de l'Union européenne. 

    L’arrivée massive, selon lui, de ressortissants de pays non membres de l’Union européenne pour des raisons économiques est une erreur : « Ce n’est pas ce type de mesure qui va régler la question de la lutte contre le chômage. Faire venir de la main d’œuvre étrangère bon marché sans penser à leur intégration n’est pas digne de la Suède. » Il souhaite des discussions au sein de l’Union européenne et dans son pays sur la question du rapprochement familial et de la répartition des immigrés dans l’Union.

    Stefan Löfven est cependant favorable à la poursuite d’une immigration généreuse, pour les réfugiés politiques. Pour lui, « la politique d’immigration est un tout dont les vecteurs principaux sont un travail et un logement décent. » Cette prise de position du nouveau patron des sociaux-démocrates est à lier avec l'entrée, il y a deux ans au Parlement, des Démocrates de Suède (SD), un parti d'extrême droite en expansion et que l’on crédite aujourd’hui de quelque 10% d'opinions favorables.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.