GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 2 Décembre
Samedi 3 Décembre
Dimanche 4 Décembre
Lundi 5 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 7 Décembre
Jeudi 8 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Russie : un Nouvel An derrière les barreaux pour une vingtaine de manifestants

    media Arrestation de manifestants le 31 décembre 2012 à Moscou. REUTERS/Sergei Karpukhin

    Un nouvel an en cellules pour plusieurs membres de l'opposition radicale, dont l'écrivain Edouard Limonov. Il avait appelé ses partisans à sortir dans la rue, comme tous les 31 du mois, pour réclamer la garantie de la liberté de rassemblement. La manifestation, non autorisée, n'a rassemblé qu'une poignée de manifestants. Une vingtaine se sont fait arrêter.

    Avec notre correspondante à Moscou, Anastasia Becchio

    Les passants, les bras chargés de cadeaux, tentent de se frayer un passage entre les policiers, les manifestants et les journalistes rassemblés près d'une place entièrement entourée de barrières métalliques.

    Alevtina Vassilieva exhibe un exemplaire de la Constitution de la Fédération de Russie. Elle est sortie défendre l’article 31, qui garantit la liberté de rassemblement. « Nos revendications, explique-t-elle, ne dépassent pas le cadre de la loi. Je ne comprends pas pourquoi il y a autant de police, autant de fourgons cellulaires, j'ai l'impression qu'il y a un fourgon pour chaque manifestant. Je me suis approchée des policiers et je leur ai dit : 'là-haut, ils volent des millions et des milliards et vous, vous combattez le peuple, où est la logique ?' Moi, j'ai le même âge que Poutine, et j'ai honte pour lui, il ne comprend pas la vie réelle, il ne comprend pas les gens. »

    Les haut-parleurs des policiers demandent aux manifestants de se disperser. Les forces spéciales casquées et armées de matraques poussent le public vers les rues adjacentes, quand Edouard Limonov apparaît. L’écrivain a le temps de prononcer quelques paroles, avant d’être emmené par la police. « Nous ferons valoir nos droits, clame-t-il, le mouvement est lancé, on ne peut plus l'arrêter. »

    Peu à peu la police fait place nette. Les quelques manifestants restants se dirigent vers le métro en se souhaitant mutuellement, une bonne année de combats.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.