GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Novembre
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    Israël: les sirènes d'alarme activées à Tel-Aviv suite à une frappe tuant un commandant palestinien à Gaza (armée)
    Dernières infos
    Europe

    A la Une : Serbie-Kosovo, la guerre des stèles et des monuments

    Après le retrait par la police serbe du monument aux « martyrs » de l’Armée de libération de Preševo, Medveđa et Bujanovac (UÇPMB) de la place centrale de Preševo, dimanche 20 janvier au matin, l’heure est à la mobilisation chez les Albanais du sud de la Serbie.

    Vallée de Preševo : la gendarmerie serbe retire le «monument aux martyrs» de l’UÇPMB->
    La Vallée de Preševo, toujours ballotée entre Serbie et Kosovo-> 

    Depuis dimanche, les actes de vandalisme contre les cimetières et les églises serbes au Kosovo se multiplient. La police a indiqué avoir renforcé la sécurité autour des enclaves, tout en affirmant que ces actes ne sont pas liés au retrait par la police serbe du monument à la gloire des «martyrs» de la guérilla albanaise de l’UÇPMB à Preševo. Le Premier ministre serbe, Ivica Dačić, et la Présidente du Kosovo, Atifete Jahjaga, ont condamné ces destructions.

     
    Après le retrait par la police serbe du monument aux  «martyrs» de l’UÇPMB à Preševo, dimanche dernier, Belgrade voudrait qu’une plaque à la mémoire d’Aćif-effendi, maire de Novi Pazar au cours de l’occupation allemande et héros national pour une partie de la communauté bosniaque, soit enlevée. Par contre, les autorités n’envisagent pas le démantèlement du monument au chef tchétnik de Nova Varoš...

     
    « Des têtes tomberont si quelqu’un a protégé Darko Šarić », s’est exclamé le Président serbe Tomislav Nikolić. Depuis le début de l’année, des rumeurs annoncent une arrestation « imminente » du boss de la drogue d’origine monténégrine, en cavale depuis 2005... Alors que la police serbe a mis à jour d’énormes réseaux internationaux de blanchiment d’argent, la question des complicités politiques dont a bénéficié Šarić reste posée.

     
    Les relations entre le Président serbe, Tomislav Nikolić, et son Premier ministre, Ivica Dačić, sont en train de se dégrader sérieusement. Le chef de l’État a ainsi déploré la rencontre du Premier ministre avec son homologue croate Zoran Milanović, alors que les « nuances » entre les deux têtes de l’exécutif serbe sur le Kosovo sont patentes. En fait, Tomislav Nikolić n’a aucune envie de se limiter au rôle protocolaire que la Constitution serbe prévoit pour le Président de la République...

     
    C’était il y a treize ans, en avril 1999 : l’Otan bombardait la zone industrielle de Pančevo, une ville située à une quinzaine de kilomètres de Belgrade, provoquant une catastrophe écologique sans précédent. Malgré l’incapacité des pouvoirs publics à proposer des solutions concrètes, les habitants continuent de vivre et de travailler dans la zone contaminée.

     
    Mercredi 23 janvier, les Slovènes sont descendus dans la rue pour protester contre les politiques d’austérité imposées par le gouvernement conservateur de Janez Janša, mais aussi pour dénoncer les scandales financiers qui frappent la classe politique slovène. Autrefois « bon élève des Balkans », la Slovénie est au bord de l’implosion.

     
    Jour noir pour Janez Janša : alors que le pays était bloqué par la grève général de mercredi, le Premier ministre ultra-libéral, accusé de corruption, a perdu le soutien d’une des composantes majeures de sa coalition, le Liste civique de Gregor Virant. Même si un exécutif minoritaire peut tenir quelque temps, la Slovénie ne pourra certainement pas faire l’économie d’élections anticipées au printemps.

    Crise et révolte sociale : la Slovénie brûle-> 

    Pourquoi les Rroms de Roumanie quittent-ils leur pays pour la France ? Une étude vient de montrer que les causes de cette migration sont uniquement économiques - et les expulsions, même rebaptisées « retours volontaires » ne servent à rien, car les Rroms reviennent. Retour sur un échec français, celui des politiques d’intégration, échec partagé par la gauche et la droite.

     
    150.000 anciens combattants qui n’ont jamais combattu, 350.000 faux électeurs toujours inscrits sur les listes, des faux invalides de guerre, des généraux qui touchent double pension et ne paient pas l’autoroute... Le gouvernement croate semble - enfin - décidé à faire le « grand ménage », mais est-il encore temps ? Des centaines de milliers de personnes comptent sur ces innombrables passe-droits pour survivre.

     
    Le gazoduc russe South Stream ne contournera pas la Croatie. Gazprom et l’entreprise croate Plinacro ont signé un accord pour la construction d’une branche supplémentaire du gazoduc qui traversera la Slavonie, un investissement de 60 millions d’euros. Les Russes sont aussi intéressés par la construction d’une centrale électrique au gaz dans la région d’Osijek.

     
    Chaque année, c’est la même rengaine en Republika Srpska. L’opposition, et même les partisans les plus fidèles de Milorad Dodik sont d’accord sur un point : le règne du Premier ministre est sur le point de s’achever. Le journal Slobodna Bosna détaille les raisons politiques, sociales et économiques qui pourraient causer sa perte aux élections de 2014.

     
    Monica Bellucci était l’invitée spéciale du dernier festival du film de Kustendorf, à Mokra Gora, en Serbie. Arrivée dans les Balkans samedi dernier, l’actrice italienne s’est aussi rendue à Banja Luka, à Višegrad et à Andrićgrad, le village créé de toute pièce par le réalisateur Emir Kusturica. Monica Bellucci sera l’une des actrices principales du prochain film de Kusturica, « L’amour et la guerre ».

     
    Dans un pays en crise, le gouvernement grec veut jouer la carte des grands travaux. Un nouveau projet pharaonique divise la Grèce : dévier le cours du fleuve Achéloos vers la mer Egée au lieu de la mer Ionienne, pour irriguer les champs de mais et de coton de Thessalie. Malgré les réticences du Conseil d’Etat grec, de l’Union européenne et des écologistes, le projet, qui semblait relégué au fond des tiroirs, refait surface.

     
    Mosquée peinte de Tetovo, coucher de soleil sur le lac d’Ohrid ou les montagnes de Pelister... Depuis quelques mois, la télévision macédonienne diffuse de somptueux clips commandés par le gouvernement. L’objectif ? Promouvoir le respect de toutes les communautés du pays. Un objectif louable mais qui se heurte à vingt ans de divisions et de clientélisme communautaire...

    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.