GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 21 Juin
Mercredi 22 Juin
Jeudi 23 Juin
Vendredi 24 Juin
Aujourd'hui
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Camps de concentration nazis: la mémoire à trous du président suisse

    media

    Le président de la Confédération helvétique, Ueli Maurer, a affirmé que la Suisse avait été une terre de refuge durant la Seconde Guerre mondiale. Une déclaration qui fait polémique dans le pays. Des documents refont en effet surface, qui démontrent que la Suisse a au contraire expulsé massivement des réfugiés juifs, alors que les autorités connaissaient parfaitement les pratiques du régime hitlérien.

    Avec notre correspondant à Genève, Laurent Mossu

    La Suisse a-t-elle été « un refuge pour les personnes traquées et menacées » par les nazis durant la Seconde Guerre mondiale ? C'est du moins ce qu'a déclaré le président de la Confédération helvétique, dans un message adressé à ses concitoyens lors des commémorations de l’Holocauste.

    Cette déclaration suscite la polémique. Elle intervient alors que des documents diplomatiques publiés par la télévision attestent que la Suisse était, dès 1942, parfaitement au courant de l‘existence des camps de concentration et de l’extermination des juifs.

    Les autorités helvétiques avaient en main des rapports détaillés sur les pratiques du régime hitlérien, accompagnées de photos explicites. Malgré tout, Berne décidait des renvois massifs de réfugiés, sans tenir compte des dangers qu’ils couraient.

    La Suisse a sans aucun doute sauvé des milliers de juifs de la barbarie nazie. Mais d’autres ont été ainsi jetés dans la gueule du loup parce que le gouvernement estimait la barque trop pleine et qu’il ne fallait pas trop déplaire à l’Allemagne.

    Il est grand temps pour les Suisses, note l’historien Hans Ulrich Jost, d’assumer les zones d’ombre de leur passé.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.