Camps de concentration nazis: la mémoire à trous du président suisse - Europe - RFI

 

  1. 11:33 TU Sessions d'information
  2. 12:00 TU Journal
  3. 12:10 TU Sessions d'information
  4. 12:30 TU Journal
  5. 12:33 TU Sessions d'information
  6. 12:40 TU Grand reportage
  7. 13:00 TU Journal
  8. 13:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  9. 13:30 TU Journal
  10. 13:33 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  11. 14:00 TU Journal
  12. 14:10 TU Autour de la question
  13. 14:30 TU Journal
  14. 14:33 TU Autour de la question
  15. 15:00 TU Journal
  16. 15:10 TU Radio foot internationale
  17. 15:30 TU Journal
  18. 15:33 TU Radio foot internationale
  19. 16:00 TU Journal
  20. 16:10 TU Sessions d'information
  21. 16:30 TU Journal
  22. 16:33 TU Sessions d'information
  23. 16:40 TU Accents d'Europe
  24. 17:00 TU Journal
  25. 17:10 TU Décryptage
  1. 11:33 TU Sessions d'information
  2. 12:00 TU Journal
  3. 12:10 TU Grand reportage
  4. 12:30 TU Sessions d'information
  5. 13:00 TU Journal
  6. 13:10 TU Sessions d'information
  7. 13:30 TU Journal
  8. 13:33 TU Danse des mots
  9. 14:00 TU Journal
  10. 14:10 TU Autour de la question
  11. 14:30 TU Journal
  12. 14:33 TU Autour de la question
  13. 15:00 TU Journal
  14. 15:10 TU Radio foot internationale
  15. 15:30 TU Journal
  16. 15:33 TU Radio foot internationale
  17. 16:00 TU Journal
  18. 16:10 TU Couleurs tropicales
  19. 16:30 TU Journal
  20. 16:33 TU Couleurs tropicales
  21. 17:00 TU Journal
  22. 17:10 TU Sessions d'information
  23. 17:30 TU Journal
  24. 17:33 TU Sessions d'information
  25. 17:40 TU Accents d'Europe

Dernières infos

  • Visite des sites militaires iraniens: Téhéran s'élève contre «les demandes excessives» (ministre)
  • Un deuxième Marocain recherché après l'attentat du 18 mars contre le musée du Bardo arrêté à la frontière tuniso-lybienne (ministère)
  • En Angola, le journaliste Rafael Marques a été condamné à six mois de prison avec sursis (juge)
  • Tunisie: arrestation d’un deuxième Marocain recherché pour l’attaque du musée du Bardo à Tunis en mars
  • France: 3384 morts sur les routes en 2014, soit 116 de plus qu'en 2013 (délégué interministériel à la Sécurité routière)
  • Réforme du collège: l'intersyndicale appelle à une nouvelle journée de contestation le 11 juin prochain
  • Fifa: pour M. Poutine, les Etats-Unis cherchent à «empêcher la réélection de M. Blatter»
  • Fifa: il n'y a pas d'audition prévue de M. Blatter pour le moment (ministère public)
  • En Irak, 470 corps ont été exhumés des fosses communes de Tikrit (ministre)
  • France: la société Eurotunnel ne compte pas renouveler son contrat avec MyFerryLink (officiel)
  • Au Burundi, l'Eglise catholique se retire du processus électoral
  • Projet britannique de référendum sur l'appartenance à l'UE: Laurent Fabius juge sur France Inter le projet «très risqué»
  • Migrants: 139 corps découverts dans des tombes en Malaisie (Kuala Lumpur)
  • Nouvelle-Calédonie: les banques paralysées par un mouvement social (AFP)
  • Deux gardes-frontières saoudiens tués dans un bombardement de leur position depuis le Yémen (agence SPA)
fermer

Europe

Suisse Histoire

Camps de concentration nazis: la mémoire à trous du président suisse

media

Le président de la Confédération helvétique, Ueli Maurer, a affirmé que la Suisse avait été une terre de refuge durant la Seconde Guerre mondiale. Une déclaration qui fait polémique dans le pays. Des documents refont en effet surface, qui démontrent que la Suisse a au contraire expulsé massivement des réfugiés juifs, alors que les autorités connaissaient parfaitement les pratiques du régime hitlérien.

Avec notre correspondant à Genève, Laurent Mossu

La Suisse a-t-elle été « un refuge pour les personnes traquées et menacées » par les nazis durant la Seconde Guerre mondiale ? C'est du moins ce qu'a déclaré le président de la Confédération helvétique, dans un message adressé à ses concitoyens lors des commémorations de l’Holocauste.

Cette déclaration suscite la polémique. Elle intervient alors que des documents diplomatiques publiés par la télévision attestent que la Suisse était, dès 1942, parfaitement au courant de l‘existence des camps de concentration et de l’extermination des juifs.

Les autorités helvétiques avaient en main des rapports détaillés sur les pratiques du régime hitlérien, accompagnées de photos explicites. Malgré tout, Berne décidait des renvois massifs de réfugiés, sans tenir compte des dangers qu’ils couraient.

La Suisse a sans aucun doute sauvé des milliers de juifs de la barbarie nazie. Mais d’autres ont été ainsi jetés dans la gueule du loup parce que le gouvernement estimait la barque trop pleine et qu’il ne fallait pas trop déplaire à l’Allemagne.

Il est grand temps pour les Suisses, note l’historien Hans Ulrich Jost, d’assumer les zones d’ombre de leur passé.

Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.