Corruption en Espagne: malgré les dénégations de Rajoy, la contestation gronde - Europe - RFI

 

  1. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  2. 08:30 TU Journal
  3. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  4. 09:00 TU Journal
  5. 09:10 TU Priorité santé
  6. 09:30 TU Journal
  7. 09:33 TU Priorité santé
  8. 10:00 TU Journal
  9. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  10. 10:30 TU Journal
  11. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  12. 11:00 TU Journal
  13. 11:15 TU Sessions d'information
  14. 11:30 TU Journal
  15. 11:33 TU Sessions d'information
  16. 12:00 TU Journal
  17. 12:10 TU Sessions d'information
  18. 12:30 TU Journal
  19. 12:33 TU Sessions d'information
  20. 12:40 TU Grand reportage
  21. 13:00 TU Journal
  22. 13:10 TU Séries
  23. 13:30 TU Journal
  24. 13:33 TU Séries
  25. 14:00 TU Journal
  1. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  2. 08:30 TU Journal
  3. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  4. 09:00 TU Journal
  5. 09:10 TU Priorité santé
  6. 09:30 TU Journal
  7. 09:33 TU Priorité santé
  8. 10:00 TU Journal
  9. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  10. 10:30 TU Journal
  11. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  12. 11:00 TU Journal
  13. 11:15 TU Sessions d'information
  14. 11:30 TU Journal
  15. 11:33 TU Sessions d'information
  16. 12:00 TU Journal
  17. 12:10 TU Grand reportage
  18. 12:30 TU Sessions d'information
  19. 13:00 TU Journal
  20. 13:10 TU Sessions d'information
  21. 13:30 TU Journal
  22. 13:33 TU Danse des mots
  23. 14:00 TU Journal
  24. 14:10 TU Autour de la question
  25. 14:30 TU Journal
fermer

Europe

Espagne Mariano Rajoy

Corruption en Espagne: malgré les dénégations de Rajoy, la contestation gronde

media

Depuis jeudi 31 janvier, des centaines de manifestants se relaient aux abords du siège du Parti populaire à Madrid, le parti conservateur dont est issu Mariano Rajoy. Selon la presse, notamment le quotidien El Pais, le chef du gouvernement aurait touché des salaires occultes pendant plusieurs années, ce qu’il dément. Mais des documents semblent confirmer ces soupçons.

Avec notre correspondant à Madrid, François Musseau

Le gouvernement espagnol se trouve dans une situation difficile et tout particulièrement le chef du gouvernement, Mariano Rajoy. Certes, il a nié absolument tout. Jamais il n’a reçu de l’argent noir et « jamais il n’en a distribué ». Jamais son parti, le Parti populaire, n’a eu de compte à l’étranger, en Suisse.

Tous les documents secrets publiés par El Pais seraient donc des faux. Rajoy compte même montrer patte blanche, en publiant dans quelques jours sa feuille de déclaration fiscale. Tout cela est le déni de Rajoy.

Mais ce déni ne convainc pas grand monde. Des manifestations de colère ont explosé à Madrid mais aussi à Barcelone ou à Saragosse. Plusieurs hommes politiques du Parti populaire ont avoué avoir reçu pendant des années de l’argent non déclaré au fisc. Les documents ont été certifiés conformes par plusieurs experts pour ne rien arranger. Bref, Mariano Rajoy est confronté à la force de la preuve.

Ce document indique que le chef du gouvernement a touché au moins 260 000 euros d’argent non déclaré au fisc depuis 2001, ce que nie Rajoy.

Mais cette affaire gravissime fragilise son parti, sa personne et aussi son gouvernement, un an seulement après son arrivée au pouvoir et en pleine récession du pays.

Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.