GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 20 Novembre
Mercredi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Carlos Ghosn, le PDG de Renault-Nissan, arrêté à Tokyo sur des soupçons de malversations (NHK)
    • Meurtre de Khashoggi: Berlin veut des sanctions contre 18 citoyens saoudiens (ministre des Affaires étrangères)
    • UE: feu vert des ministres des Vingt-Sept au projet d'accord sur le Brexit (ministre autrichien)
    • La firme Nissan confirme que Carlos Ghosn a dissimulé des revenus au fisc et va proposer son départ
    • Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement français: «Il faut se désintoxiquer du tout pétrole» (BFMTV)
    • Le PDG de Renault-Nissan, Carlos Ghosn entendu au Japon sur des soupçons de dissimulation de revenus au fisc (médias)
    • Israël: un ministre clé reste au gouvernement, éloignant la probabilité d'élections
    • Le Cambodge n'autorisera aucune base militaire étrangère sur son sol (Premier ministre Hun Sen)
    • France: de nouveaux rassemblements de «gilets jaunes», opérations escargots et dépôts pétroliers bloqués ce lundi
    Europe

    Kosovo: cinq ans d’indépendance et de semi souveraineté

    media

    Le Kosovo célèbre, ce dimanche 17 février, son indépendance, proclamée en 2008. Pourtant, cinq ans plus tard, le petit pays n’est toujours pas membre des Nations unies et sa reconnaissance internationale partielle le paralyse dans d’innombrables domaines. Sur le strict plan du droit international, le Kosovo se trouve dans la même situation que la République turque de Chypre du Nord ou l’Abkhazie.

    De notre correspondant dans les Balkans,

    Un pays est-il vraiment indépendant s’il ne peut pas participer aux compétitions sportives internationales ? C’est la question que se posent Skendër et ses amis, tous fans de foot et supporteurs du Real Madrid. « Même si l’Espagne n’a toujours pas reconnu le Kosovo », ajoute le jeune homme avec un sourire de dépit.

    En effet, un peu moins de 100 des 192 États membres ont reconnu, à ce jour, l’indépendance proclamée par le Kosovo le 17 février 2008. Cinq membres de l’Union européenne, dont l’Espagne, refusent toujours de le faire.

    FMI et Banque mondiale

    Sur le strict plan du droit international, le Kosovo se trouve dans la même situation que la République turque de Chypre du Nord ou l’Abkhazie, même si sa reconnaissance par tous les grands États occidentaux, à commencer par les États-Unis, change naturellement la donne. Ainsi, le petit pays a été admis en 2009 à la Banque mondiale et au Fonds monétaire international (FMI), où le système des droits de vote donne un poids prépondérant aux pays qui ont reconnu son indépendance.

    Par contre, il reste à la porte des Nations unies, mais aussi du Conseil de l’Europe ou de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). En conséquence, le Kosovo n’a pas pu participer aux Jeux olympiques de Londres, et il n’est pas membre de la Fédération international de football : dans les manifestations hostiles à l’indépendance, les Serbes ne manquent pas, parfois, de brandir le drapeau de la Fifa, perçue comme une « alliée » de leur cause.

    Pas de préfixe téléphonique international

    Le pays n’a pas non plus été admis au sein de l’Union internationale des télécommunications (UIT) et, en conséquence, il n’a pas de préfixe téléphonique international. Pour joindre un numéro fixe au Kosovo depuis l’étranger, il faut toujours composer le préfixe de la Serbie. Pour la téléphonie mobile, des solutions ont été bricolées : un opérateur utilise le préfixe international de la Slovénie, un autre celui de Monaco !

    Une solution est régulièrement avancée : raccorder le Kosovo au préfixe de l’Albanie. Mais voilà : l’Union européenne s’oppose à une telle option, craignant qu’elle ne soit perçue comme un prémisse à une future union entre les deux pays. Les envois postaux qui partent de l’étranger ont toujours des chances d’être déroutés vers la Serbie, l’Union postale ne reconnaissant pas davantage le Kosovo, ce qui oblige les entrepreneurs et les particuliers à passer par des messageries privées comme UPS.

    Craintes de revendications sécessionnistes

    La situation a peu de chances de se débloquer. Les actions du lobbying du Kosovo pour élargir ses reconnaissances internationales ont été menées dans le plus grand désordre : certains pays d’Afrique ou des Caraïbes ont annoncé la reconnaissance du Kosovo avant de revenir sur leur décision. En 2009, la question a même provoqué une sérieuse crise politiques aux Maldives, l’opposition accusant le Premier ministre d’avoir touché, en échange de la reconnaissance, des dessous de table de la part de Behxhet Pacolli, homme d’affaires kosovaro-suisse et éphémère président du Kosovo.

    La plupart des pays qui refusent de reconnaître le Kosovo craignent un effet de « précédent » pour d’autres revendications sécessionnistes. De toute manière, l’admission du Kosovo aux Nations unies nécessite, en plus d’un vote de l’Assemblée générale, le blanc-seing du Conseil de sécurité, dont deux membres permanents, la Chine et la Russie, opposeraient leur veto. Le Kosovo se trouve ainsi pris dans un « jeu » international qui n’est pas sans dégager de lourds remugles de Guerre froide.

    Ces dernières années, Skender et ses amis n’ont guère qu’un seul motif de consolation : en 2012, une chanteuse du Kosovo a pu concourir à l’Eurovision. Rona Nishliu, originaire de Mitrovica, représentait toutefois non pas le Kosovo, mais l’Albanie.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.