GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Grèce: la Troïka veut mettre un sacré coup de rabot dans la fonction publique

    media Le représentant du FMI, Bob Traa, à son arrivée au ministère des Finances à Athènes, le 3 mars 2013. REUTERS/John Kolesidis

    La Troïka était de retour dimanche 3 mars en Grèce où les réformes et le budget sont toujours examinés de près par la Commission européenne, la BCE et le FMI. Les trois représentants ont rencontré le ministre grec des Finances, Yannis Stournaras. Parmi les dossiers au centre des discussions : le chantier des privatisations, la réforme fiscale et la réduction de la fonction publique.

    Avec notre correspondante à Athènes,Amélie Poinssot

    C'est une image devenue familière en Grèce ces deux dernières années : les représentants des trois institutions créancières du pays arrivent au ministère des Finances pour examiner les comptes publics et l'avancée des réformes avant de donner leur accord pour le versement d'une nouvelle tranche du prêt international consenti au pays.

    Cette fois-ci, c'est une petite portion que l'Etat attend : 2,8 milliards d'euros sur les 150 milliards au total que comprend la dernière convention de prêts signée entre Athènes, Bruxelles, et le FMI (Fonds monétaire international). Mais en échange, le coût pour les Grecs reste très élevé : cette fois-ci, il s'agit de toucher au principe même de la fonction publique. Car la Troïka demande le licenciement de 150 000 fonctionnaires d'ici à 2015, du jamais vu en Europe.

    27% de chômeurs

    Si la mesure a déjà été actée par le Parlement avec le vote de la dernière loi-cadre d'austérité en novembre, elle doit encore être mise en œuvre. C'est pour cela que les représentants de la Troïka sont là. Ils doivent rencontrer en ce début de semaine le ministre de la Réforme administrative. Et faire progressivement le tour des ministères jusqu'au week-end prochain.

    Si le gouvernement a accepté jusqu'à présent toutes les exigences de la Troïka, il n'est pas certain qu'il reste de marbre au sujet de la fonction publique. D'autant que le travail est désormais un luxe dans le pays : 27% de la population active est au chômage.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.