GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 10 Novembre
Dimanche 11 Novembre
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    «Alternative pour l’Allemagne», un nouveau parti anti-euro

    media

    A six mois des législatives allemandes, le nouveau parti anti-euro « Alternative pour l'Allemagne » fait ses premiers pas sur la scène politique germanique. Le 11 mars 2013,  à Oberursel, banlieue aisée de Francfort, il a réuni 1 200 personnes pour expliquer ses objectifs. Le parti compte sur le mécontentement de nombreux Allemands envers les plans de sauvetage de la zone euro pour faire sa place.

    Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

    « Alternative pour l’Allemagne ». Les fondateurs du nouveau parti anti-euro veulent prouver que, contrairement à ce qu’affirme la chancelière Merkel, une autre politique est possible. Ses opposants aux programmes d’aide aux pays en difficulté réclament la fin de l’euro et le retour à des monnaies nationales.

    Même s’ils soulignent ne pas être opposés à l’Europe en soit, des relents populistes sont flagrants parmi les responsables du nouveau mouvemeent qui affirme disposer de 2 000 cotisants. Les figures de proue de « Alternative pour l’Allemagne », parmi lesquels de nombreux professeurs d’université, veulent exploiter les réserves d’une partie de la population allemande à l’égard de l’Euro et des aides aux pays en difficulté. Dans un sondage, un quart des électeurs déclare qu’ils pourraient voter pour ce mouvement.

    Mais les politologues sont sceptiques face aux chances du parti qui n’a pas encore décidé s’il participera aux élections de septembre. D’abord, même si ses responsables affirment que l’Allemagne traverse « la pire crise de son histoire » la réalité est plutôt que l'Allemagne se porte bien. Enfin, dans le passé et contrairement à beaucoup de pays européens, les électeurs allemands sont restés hermétiques aux sirènes populistes. Les partis établis, à commencer par les chrétiens-démocrates, restent sereins.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.