GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 22 Juin
Dimanche 23 Juin
Lundi 24 Juin
Mardi 25 Juin
Aujourd'hui
Jeudi 27 Juin
Vendredi 28 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Le principal suspect de l’assassinat de Litvinenko refuse de collaborer avec la justice britannique

    media Andreï Lugovoï, désormais député d’un parti nationaliste russe, lors de la conférence de presse qu’il a donné ce mardi 12 mars à Moscou. REUTERS/Maxim Shemetov

    Le principal suspect de l'assassinat de l'opposant et ex-agent des services secrets russes Alexandre Litvinenko, en 2006 à Londres, annonce qu'il ne participera pas à l'enquête judiciaire sur la mort par empoisonnement au polonium de ce transfuge russe. Andreï Lougovoï, très remonté contre les autorités britanniques, a tenu une conférence de presse pour expliquer son choix.

    Avec notre correspondante à Moscou, Anastasia Becchio

    Devant les journalistes russes et étrangers, Andreï Lougovoï brandit un document qu’il présente comme un compte rendu de la police britannique sur les circonstances de la mort d’Alexandre Litvinenko.

    « J'ai lu ce document, et je ne vous cacherai pas que j'ai été horrifié », s’emporte-t-il. « Pas parce que ce document comportait des faits contre moi, mais parce que j'y ai vu un concentré de délires qui ne correspond pas à l'idée que je me faisais du travail de Scotland Yard. J'ai clairement compris pourquoi, durant toutes ces années, la partie britannique n'a trouvé aucune preuve sur cette affaire Litvinenko. »

    Andreï Lougovoï, aujourd’hui député d’un parti nationaliste, est réclamé depuis des années par la justice britannique. Mais la Russie refuse de l’extrader. Cet ancien agent du KGB a pris le thé avec Alexandre Litvinenko le jour présumé de son empoisonnement au polonium à Londres.

    Une décision de William Hague critiquée de toutes parts

    Il a décidé de se retirer de l’enquête après la décision du ministre britannique des Affaires étrangères, William Hague, d'empêcher que des preuves liées à cette affaire ne soient rendues publiques, justifiant cette décision par des raisons de sécurité. « Après ça, je n'ai plus aucun doute que Londres ne donnera jamais la possibilité de découvrir la vérité sur l'affaire Litvinenko », juge Andreï Lougovoï. « J'ai définitivement perdu la foi en la possibilité d'une enquête impartiale sur cette affaire soit en Grande-Bretagne. »

    La décision du gouvernement britannique de garder certains documents secrets a également été dénoncée par des médias britanniques et par la famille Litvinenko, mais pour d'autres raisons. Fin février, l'avocat de sa veuve, Marina Litvinenko, avait affirmé que le Royaume-Uni cherchait à garder secrètes des informations concernant la mort d'Alexandre Litvinenko, afin de ne pas affecter des accords commerciaux avec la Russie.

    L’affaire Litvinenko sera sans doute évoquée ce mercredi 13 mars à Londres par les ministres russes des Affaires étrangères et de la Défense, qui doivent être reçus par leurs homologues britanniques.

    Dans les archives de RFI

    Le mystère Litvinenko (24/11/2006) : les premières interrogations autour de l'empoisonnement de l'ancien agent russe.

    L’imbroglio Litvinenko (01/12/2006) : les premiers pas de l'enquête, la «piste russe» se confirme.

    Affaire Litvinenko : Moscou riposte (19/07/2007) : la Russie, qui refuse d'extrader Andreï Lougovoï, déjà considéré comme le principal suspect du meurtre d'Alexandre Litvinenko, prend des mesures de rétorsions vis-à-vis de la Grande-Bretagne.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.