GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
Vendredi 24 Mai
Samedi 25 Mai
Aujourd'hui
Lundi 27 Mai
Mardi 28 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Le Vatican nie les liens du pape François avec la dictature argentine

    media Le pape François a rencontré les cardinaux au Vatican ce vendredi 15 mars 2013. REUTERS/Osservatore Romano

    A peine élu, le nouveau pape François se trouve déjà au centre d'une polémique. Ses détracteurs l'accusent de connivence avec la dictature argentine entre 1976 et 1983. Ce vendredi 15 mars 2013, le Vatican a pris la défense de Jorge Mario Bergoglio dans une déclaration officielle.

    Le Vatican a cru bon de couper court à toute polémique : l'Eglise catholique qualifie de « calomnieuses et diffamatoires » les accusations à l'encontre du nouveau pape François. Il s'agirait d'une campagne orchestrée par la gauche anticléricale.

    « Il n'y a jamais eu d'accusations concrètes et crédibles à son égard », peut-on lire dans le communiqué. La justice argentine aurait bien interrogé Jorge Mario Bergoglio une fois mais ne l'aurait pas mis en cause.

    Le pape François avait déjà réfuté les accusations

    Les détracteurs du nouveau pape se trouvent en fait dans les rangs des défenseurs des droits de l'homme. Ils lui reprochent sa complicité avec les militaires pendant la dictature, notamment dans le cas de deux missionnaires jésuites emprisonnés en mars 1976, torturés et libérés cinq mois plus tard. A l'époque, Jorge Mario Bergoglio dirigeait l'ordre des jésuites en Argentine, et il aurait livré ces deux jeunes prêtres aux militaires.

    Dans un livre d'entretiens, l'intéressé a réfuté ces accusations avec ces mots : « J'ai fait ce que j'ai pu à l'âge que j'avais, et avec le peu de relations que j'avais, pour intervenir en faveur des personnes séquestrées. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.