GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
Vendredi 15 Décembre
Samedi 16 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 18 Décembre
Mardi 19 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Chypre au centre des discussions entre la Russie et l'Union européenne

    media Dimitri Medvedev (g.), Premier ministre russe et José Manuel Barroso, président de la Commission européenne, lors d’une conférence en commun à Moscou, le 21 mars. REUTERS/Dmitry Astakhov/RIA Novosti/Pool

    Le nouveau plan de sauvetage de Chypre sur lequel se sont entendus les chefs de partis à Nicosie et qui exclut toute taxe sur les dépôts bancaires devrait rassurer les Russes. De nombreux ressortissants russes possèdent en effet des comptes à Chypre, dont les dépôts s’élèvent à un total estimé allant de 4,9 à 10,2 milliards d’euros, selon la Banque centrale de Chypre, à 24 milliards d’euros, selon l’agence Moody‘s.

    Avec notre correspondante à Moscou, Anastasia Becchio

    Les autorités russes s’étaient élevées contre la taxation des dépôts bancaires figurant dans le premier plan de sauvetage proposé en fin de semaine dernière par les Européens.

    Dans un discours prononcé en ouverture d’une conférence sur les relations Russie-Union européenne dans un grand hôtel de Moscou, Dimitri Medvedev a réitéré ses critiques, qualifiant d’« absurde » le schéma proposé à Chypre. « Les auteurs de mesures confiscatoires ne peuvent pas ne pas comprendre qu’elles ont peu de chances d’être populaires », a jugé le Premier ministre russe. Il a appelé à une concertation plus large des membres de l’Eurogroupe, qui comprendrait aussi la Russie.

    Baroso « conscient des intérêts de la Russie »

    Présent à ses côtés, José Manuel Barroso a assuré être « conscient des intérêts de la Russie » dans cette crise chypriote. Dans le même temps, le président de la Commission européenne a rejeté une part des critiques russes, en soulignant que Moscou avait été consultée « depuis un certain temps » sur le sujet.

    Le dossier sera encore évoqué à plusieurs reprises d’ici demain par José Manuel Barroso. Le président de la Commission est venu accompagné de 16 commissaires européens, pour des consultations avec Vladimir Poutine et Dimitri Medvedev sur la coopération entre la Russie et l’UE.

    Parallèlement, le ministre chypriote des Finances poursuit sa tournée dans la capitale russe à la recherche de soutiens. La délégation chypriote a « apporté toute une série de propositions », a déclaré Dimitri Medvedev, précisant qu'il n'avait pour l'instant rien entendu de très neuf.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.