GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    La Russie remet le sort de Chypre entre les mains de l’Union européenne

    media Dimitri Medvedev (d.) aux côtés de Jose Manuel Barroso, ce vendredi 22 mars à Moscou, lors d’une conférence de presse commune. REUTERS/Ekaterina Shtukina/RIA Novosti/Pool

    La Russie, qui détient d’importants intérêts dans les banques chypriotes, avait jugé «absurde» le premier plan de sauvetage européen, tout en regrettant de n’avoir pas été consultée. Le ministre chypriote des Finances avait été dépêché en début de semaine à Moscou dans l'espoir d'obtenir du soutien de la part des Russes. Un soutien qui va encore se faire attendre.

    Avec notre correspondante à Moscou, Anastasia Becchio

    Au moment où Dmitri Medvedev et José Manuel Barroso donnaient leur conférence de presse, le ministre chypriote des Finances avait déjà quitté Moscou depuis plusieurs heures. Et Michalis Sarris est reparti bredouille.

    Les actifs qu’il proposait n’ont pas trouvé preneur parmi les investisseurs russes. Moscou a décidé d’attendre, comme l’a expliqué le Premier ministre russe. « Nous n'avons pas fermé la porte », tempère Dmitri Medvedev. « Nous sommes prêts à discuter de différentes formes de soutien une fois qu'un schéma définitif aura été élaboré par l'UE et par Chypre en tant que pays membre. »

    «Pas de temps à perdre»

    Dimitri Medvedev, détendu, opine du chef lorsque José Manuel Barroso dit qu’il n’y a « pas de temps à perdre » dans ce dossier. La tension entre Moscou et Bruxelles semble bel et bien être retombée.

    « Je suis heureux de constater que la Russie est intéressée par le fait de trouver une solution viable pour Chypre », a déclaré José Manuel Barroso. « J'ai eu l'occasion d'écouter les inquiétudes de nos partenaires russes et de leur expliquer le contexte dans lequel certaines décisions avaient été prises. Maintenant, tous les efforts doivent se concentrer sur la recherche d'une solution alternative acceptable pour tous les Etats membres », a-t-il ajouté.

    Concernant un assouplissement du prêt de 2,5 milliards d'euros accordé par Moscou à Nicosie, le ministre russe des finances a expliqué que son pays attendait une décision des bailleurs de fonds internationaux avant de se prononcer.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.