GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Chypre: un sauvetage aux lourdes conséquences

    media Des gens font la queue devant un distributeur de la banque Laïki, menacée de disparition par l'accord de sauvetage de Chypre, le 21 mars 2013 REUTERS/Yorgos Karahalis

    L'accord intervenu dans la nuit de dimanche à lundi à Bruxelles entre le gouvernement chypriote, l'Union européenne, la Banque centrale européenne et le FMI évite à Chypre de sortir de la zone euro. Mais il va avoir de lourdes conséquences sur le secteur bancaire hypertrophié de l’île. C'était d'ailleurs en grande partie le but recherché par les Européens qui ont fait preuve d’inflexibilité à cet égard.

    Pour obtenir les 10 milliards d'aide de l’Europe et du FMI, Chypre va devoir sacrifier la deuxième banque du pays, la Laiki Bank, mais le président Anastasiades a quand même réussi à préserver l'existence de la Bank of Cyprus, la première banque nationale, dont les Européens voulaient, aussi la disparition. Les conséquences n'en sont pas moins très lourdes.

    La Laiki Bank va être liquidée, même si les dépôts inférieurs à 100 000 euros sont protégés, comme c’est la norme dans l’Union européenne, et rassemblés dans une nouvelle structure désormais assainie, une « good bank ». Ces comptes seront prochainement transférés à la Bank of Cyprus.

    En revanche, les titres financiers et les dépôts supérieurs à 100 000 euros vont subir une perte importante au sein d'une structure de défaisance ou « bad bank ». A la Bank of Cyprus, les déposants détenteurs de plus de 100 000 euros, soit plus de la moitié des déposants, seront taxés à environ 30% de leurs avoirs. Par ailleurs, les capitaux sont gelés et ils seront convertis « de force » en participation au capital de la banque, dans la mesure de ses besoins.

    Cure d’amaigrissement

    Cette restructuration fait subir au secteur bancaire chypriote une cure d’amaigrissement. En effet, à Chypre, le secteur bancaire a pris le pas sur toute autre activité jusqu'à représenter 750% du PIB. Avec la crise, Chypre est ainsi devenue malade du trop grand poids de ses banques, particulièrement exposées au risque grec.

    Par ailleurs le système bancaire chypriote présentait les caractéristiques de confidentialité, très appréciée des étrangers, de fiscalité avantageuse, et, jusqu'à présent, de sécurité. Cela en avait fait une destination privilégiée des capitaux russes. Ce sont d’ailleurs les comptes russes qui constituent la majorité des dépôts supérieurs à 100 000 euros, non assurés, et même des comptes supérieurs à 500 000 euros.

    Cet afflux de capitaux est à l'origine des soupçons de blanchiment qui pèsent sur Chypre qui s’est aussi engagée à lutter contre ce fléau. Il n'est pas certain que la perspective de devenir actionnaires de leur banque, en plus du gel de leurs avoirs soit du goût des déposants, russes notamment. Mais le premier vice-Premier ministre russe Igor Chouvalov a estimé, pour sa part, que la crise chypriote « constitue un bon signal pour ceux qui sont prêts à rapatrier leurs capitaux vers les banques russes ».

    Conséquences sociales

    Le président chypriote a beau s’être déclaré confiant dans la capacité de son pays à surmonter la pire crise économique de son histoire, et faire appel à la résistance et à la détermination de l'hellénisme chypriote, cette restructuration ne fait pas, non plus, l’affaire des salariés du secteur.

    Les services financiers représentent à eux seuls 45% du PIB. Ce secteur emploie, à Chypre, 8 500 personnes pour une population totale de 840 000 habitants. Le démantèlement de la Laiki Bank concerne 2 300 personnes alors que le chômage atteint déjà près de 15% de la population active. D'ailleurs les employés de banque ne s'y sont pas trompés : ils ont commencé à manifester dès samedi dans les rues de Nicosie pour exiger des garanties sur leur avenir.

    Reste à savoir quelles conséquences la crise actuelle aura sur le tourisme qui constitue la deuxième activité économique de l'ile après ses banques. Et en attendant les retombées encore lointaines de la récente découverte d'un important gisement de gaz au large des côtes chypriotes.

    Réactions à l'accord de sortie de crise à Nicosie

    L'accord signé la nuit dernière a été reçu à Nicosie avec un grand soulagement. La faillite n'est plus à l'ordre du jour et bon nombre de Chypriotes sont maintenant rassurés de ne voir que les gros comptes de Laiki bank faire les frais de cette crise.

    Avec notre correspondant à Nicosie, Michel Picard

    « Ils ont signé le texte, ils sont d'accord, explique un client. Je pense donc qu'ils vont ouvrir les banques mardi. J'ai un compte dans chaque banque. Pas beaucoup d'argent, quelques milliers d'euros. Cet argent de Laiki va être transféré dans la Bank of Cyprus. Peut-être la semaine prochaine. Peut-être mardi, mercredi, je ne sais pas».

    La majorité des comptes de plus de 500 000 euros appartiennent à des Russes qui, eux, ne décolèrent pas, tout comme les salariés du secteur bancaire qui vont faire face à des restructurations. La seule banque Laiki employait 8 000 personnes, dont 2 500 à Chypre.

    Mais les conséquences seront peut-être plus profonde dans la société. « Je suis soulagée que l'on retombe sur nos pieds, explique cette Chypriote, et que l'on accepte des ordres de gens qui connaissent mieux que nous, qui ont un peu plus d'expérience que nous. J'espère qu'on va apprendre à gagner moins d'argent et travailler plus dur pour l'argent qu'on gagne.»

    Pour l'heure, une réouverture ce mardi est toujours à l'ordre du jour même si le ministre de l'Economie se garde la possibilité de la repousser.

     

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.