GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Octobre
Samedi 14 Octobre
Dimanche 15 Octobre
Lundi 16 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Grèce: un Comité pour dénoncer et combattre les violences policières

    media Un étudiant grec, face à un cordon de policiers, lors d’une manifestation à Athènes, le 28 mars dernier. REUTERS/John Kolesidis

    Le Comité grec contre l'arbitraire policier et la torture a été officiellement créé à Athènes, ce mardi 9 avril. Son objectif est de contrer la violence qui s'est multipliée ces derniers mois dans les commissariats et les prisons du pays.

    Avec notre correspondante à Athènes, Amélie Poinssot

    C'est l'arrestation de quatre jeunes hommes, puis la publication par la police de photos retouchées de leurs visages tuméfiés qui a été l'élément déclencheur, cet hiver. Avocats, médecins et militants ont décidé de se mobiliser. Un comité s’est formé, composé d'organisations humanitaires, parmi lesquelles la Ligue des droits de l'homme et l'association de défense des droits des détenus.

    Yannis Bouzoukos, le père de l'un de ces jeunes violentés, explique les faits : « Ils l'ont menotté, les mains derrière le dos, et pendant qu'il était menotté, ils l'ont maltraité. Ils lui ont mis un sac de supermarchés sur la tête et ils ont commencé à le frapper. Coups de poing, coups de pied, dans l'estomac, dans le dos, et surtout sur la tête. Ça a duré 4 heures. »

    La police accusée d'être noyautée par le parti néonazi

    L'avocat Dimitris Katzaris, qui défend des activistes arrêtés à l'automne dernier lors d'une manifestation antifasciste, explique que ces jeunes également ont été victimes de sévices. « Il s'agit de policiers qui ont déclaré ouvertement leur identité politique, c'est-à-dire qu'ils appartiennent au parti grec néonazi », affirme l’avocat.

    « Ils se sont mis à taper sur les gens qu'ils avaient en main, à l'intérieur du commissariat. On ne peut pas dire qu'il s'agit d'un incident isolé de violence policière, comme cela peut arriver, parfois, dans n'importe quel pays d'Europe. Cela s'est passé dans le bâtiment central de l’administration policière grecque ! C'est un choix délibéré, je pense, qui vient d'en haut, du ministère », accuse Me Katzaris.

    La Grèce a été maintes fois condamnée pour ses violences policières par la Cour européenne des droits de l'homme. L'objectif est donc de mettre fin à l'impunité. Pour son lancement, le Comité contre l’arbitraire policier et la torture avait rassemblé la presse dans un lieu hautement symbolique d'Athènes. Là, justement, où étaient torturés les opposants à la dictature des Colonels.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.