GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 4 Décembre
Jeudi 5 Décembre
Vendredi 6 Décembre
Samedi 7 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 9 Décembre
Mardi 10 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Russie: le procès du blogueur anticorruption Alexeï Navalny reporté

    media Le blogueur anticorruption Alexeï Navalny et sa femme Yulia, ce 17 avril 2013, à Kirov. REUTERS/Maxim Shemetov

    Ce mercredi 17 avril s’est ouvert le procès de la figure la plus en vue de l’opposition russe : Alexeï Navalny est jugé pour détournement de fonds à Kirov, à 900 km à l’est de Moscou. Mais la première audience n’aura duré que 40 minutes. Après les formalités d’usage, le juge a décidé d’ajourner les débats. C’était une demande de la défense.

    Avec notre correspondante à Moscou, Anastasia Becchio

    La défense souhaitait obtenir un délai d’un mois, elle aura finalement une semaine. A peine la décision du juge connue, Navalny, en jean et chemise blanche, l’air visiblement détendu, a quitté son banc pour s’adresser aux médias présents dans la salle d’audience et leur demander pardon pour ce contretemps. « Je comprends votre déception, mais il est indispensable que nous prenions connaissance du dossier », a expliqué l’opposant.

    Nuée de caméras

    Une foule de journalistes et des dizaines de sympathisants ont fait un long voyage depuis Moscou pour être présents à l’ouverture du procès. Plusieurs d’entre eux ont campé cette nuit devant le petit tribunal pour avoir une chance d’entrer dans le bâtiment. Les plus motivés reviendront dans une semaine.

    Devant une nuée de caméras, Navalny a répété qu’il estimait que l’affaire pour laquelle il est jugé était montée de toutes pièces. « Il me semble que n'importe qui, même sans formation juridique, peut s'en persuader », a souligné le blogueur anticorruption, accusé d’avoir détourné 400 000 euros d'une société publique d'exploitation forestière, ce qui pourrait lui valoir jusqu'à 10 ans de prison. L’opposant s'attend à être condamné, ne serait-ce qu'à une peine de prison avec sursis, suffisante pour le priver du droit de se présenter à une élection.
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.