GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
Aujourd'hui
Lundi 26 Août
Mardi 27 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Le pape François veut davantage de souplesse dans le gouvernement de l'Eglise

    media Le pape François, devant les cardinaux et les hauts dignitaires de l'Eglise, place Saint-Pierre à Rome, le 19 mars 2013 REUTERS/Stefano Rellandini

    La réforme de la Curie est sur les rails. Le 13 avril, un mois jour pour jour après son élection, le pape François a annoncé la création d’une commission de huit cardinaux. Cet organe consultatif doit piloter la réflexion pour rendre le gouvernement de l’Eglise plus souple et moins centralisé. Un véritable défi en ce début de pontificat. Un chantier immense, que beaucoup appelaient de leurs vœux.

    Avec notre correspondant au Vatican, Olivier Bonnel

    Cette réforme de la Curie était particulièrement attendue. On sait que Benoît XVI s’est retiré en partie en raison du poids des « affaires », ces scandales qui l’ont touché directement, comme Vatileaks et que la Curie a été incapable d’endiguer pour le protéger. Cette Curie qui était devenue un obstacle pour le pape allemand, qui, par caractère avait fini par renoncer à toute réforme.
    La période de pré-conclave a permis de mettre en lumière l’urgence de changer le gouvernement de l’Eglise. C’est ce que les cardinaux, venus du monde entier à Rome sont venus dire lors des congrégations générales, des cardinaux à la tête de diocèse où l’ont est parfois très éloigné des réalités administratives romaines. L’idée est aussi que le pape ne soit pas trop isolé, prisonnier de son palais apostolique romain. En 2007, Le cardinal belge Godfried Daneels, électeur aux deux derniers conclaves, se disait convaincu qu’il fallait rassembler autour du pape, un conseil composé de personnalités de l’Église provenant de différents pays, afin qu’il soit sûr de pouvoir mesurer la température de l’Église. Une idée de plus en plus partagée ces derniers temps.

    La composition de cette commission cardinalice est déjà un premier indicateur des changements voulus par le pape.

    Lla vraie nouveauté est là et porte déjà le sceau du pape François, qui a choisi des hommes de terrain, et dont l’expérience locale semble parfois à des années-lumière des arcanes du Vatican. Des réformateurs que le pape est allé chercher sur les 5 continents : Sont présents, un Chilien, un Indien, un allemand ou encore un Congolais. On y retrouve des figures, comme le cardinal Sean O’Malley de Boston, dont ont avait beaucoup parlé avant le conclave et qui n’a pas hésité à faire la transparence sur les scandales de pédophilie dans son diocèse. Le pape a également choisi, pour diriger ce groupe de réflexion le cardinal Oscar Maradiaga du Honduras, secrétaire général de la Caritas et apprécié des milieux réformiste. Exit donc les ténors de la Curie, souvent italiens, et qui pendant des années ont tissé des réseaux de pouvoir et d’allégeance. Seule concession, la présence de l’Italien Giuseppe Bertello ancien nonce au Mexique et qui est président du gouvernorat de la cité du Vatican. Un prélat jugé honnête et inflexible qui avait mis de l’ordre dans le scandale des Légionnaires du Christ, ce mouvement dont le fondateur était un pédophile.

    Les chantiers prioritaires de cette rénovation

    Les chantiers ne manquent pas et sont ambitieux. Concrètement, il s’agit d’abord de modifier la Constitution apostolique Pastor Bonus, promulgué en 1988 par Jean-Paul II et qui traite de l’architecture et du fonctionnement de la Curie romaine, un texte aujourd’hui obsolète. La tâche principale sera de diminuer le pouvoir de la toute-puissante secrétairerie d’état, qui depuis longtemps fait de l’ombre aux dicastères, qui sont en quelque sorte les ministères du Vatican. Il s’agit aussi de renouveler la collégialité, de faciliter le travail entre ces dicastères, jusqu’ici très autonomes, et de favoriser un lien plus direct entre le pape et les évêques. Reste à savoir bien sûr quelles seront les relations entre ces huit cardinaux et la Curie, où assurément certains ne se laisseront pas si facilement rogner les ailes. Le chantier sera long, c’est une certitude. La première réunion de ce groupe des « sages » est prévue du 1er au 3 octobre prochain.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.