GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    L'accord de «normalisation» entre Belgrade et Pristina mécontente les Serbes du Kosovo

    media Des manifestants serbes bloquent une rue de Belgrade (Serbie) le 8 avril 2013, pour protester contre le plan européen sur le Kosovo. REUTERS/Marko Djurica

    Alors que le gouvernement serbe s’est prononcé en faveur de l’accord paraphé le 19 avril entre Belgrade et Pristina, sur les futures relations entre la Serbie et le Kosovo, une partie de la population rejette toute idée de compromis avec les Albanais du Kosovo.

    Avec notre correspondant à Belgrade, Laurent Rouy

    Ils étaient plusieurs milliers à Mitrovica au nord du Kosovo, à participer aujourd’hui à la manifestation de rejet de l’accord entre Belgrade et Pristina, qui porte sur une certaine normalisation des relations.

    Pour les Serbes du Nord-Kosovo, cet accord revient à une reconnaissance du Kosovo indépendant, ce qu’ils rejettent absolument. Les quatre municipalités serbes du Nord envisagent de proclamer une Assemblée autonome qui rejetterait, et Pristina, et indirectement, la position du gouvernement serbe.

    A Belgrade, les nationalistes du DSS, le Parti démocratique de Serbie, étaient environ 3 000. Ils ont demandé la démission du gouvernement et un référendum sur l'accord Belgrade- Pristina. Ce week-end, l'opposition nationaliste avait rendu publics les numéros de téléphone du Premier ministre et de son adjoint, signataires de l'accord.

    Les deux hommes ont reçu 850 menaces de mort pendant le week-end. Les autorités ont promis la sévérité à ceux qui ont menacé le gouvernement, gouvernement qui a adopté aujourd’hui l'accord Belgrade Pristina.

    Par ailleurs, pour le chef de la diplomatie luxembourgeoise, Jean Asselborn, cet accord ouvre les portes de l'Union européenne.

    C'est un point de départ important, les portes s'ouvrent.

    Jean Asselborn

    Ministre des Affaires étrangères du Luxembourg

    23/04/2013 - par Quentin Dickinson Écouter

    Interrogé, Joseph Krulic, professeur à l'université de Marne-la-Vallée, en région parisienne, se réjouit, pour sa part, que l'accord ait été signé à Belgrade par un gouvernement de coalition fortement teinté de nationalisme.

    Joseph Krulic

    Professeur à l'université de Marne-la-Vallée

    23/04/2013 - par Béatrice Leveillé Écouter

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.