GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
Aujourd'hui
Lundi 26 Août
Mardi 27 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Une alliance inédite pour gouverner l'Italie

    media Enrico Letta, lors de sa prestation de serment, le 28 avril 2013 à Rome. Sposito / Reuters

    Après deux mois d’impasse politique, le démocrate Enrico Letta a donc proposé une équipe de coalition pour diriger l’Italie. Six membres sont issus du Parti de la liberté de Silvio Berlusconi, cinq du Parti démocrate. On compte aussi trois indépendants et un centriste. Enrico Letta a prêté serment ce dimanche matin 28 avril, au palais présidentiel du Quirinal, suivi par ses ministres, alors qu'une fusillade a éclaté devant le palais qui abrite les bureaux de la présidence du Conseil.

    Enrico Letta a prêté serment ce dimanche pour mener le nouveau gouvernement de coalition. Cette alliance inédite entre droite et gauche ne devrait pas rencontrer de difficultés au Parlement pour obtenir une majorité confortable lors du vote de confiance.

    Chez les démocrates, il devrait y avoir assez peu de défections, même parmi les députés qui s’étaient insurgés contre toute idée d’accord avec Silvio Berlusconi. La plupart ont reconnu que le nouveau gouvernement était jeune, renouvelé et composé de personnalités techniques et politiques compétentes.

    Enrico Letta avait été désigné par le président italien Giorgio Napolitano, le 24 avril dernier pour sortir le pays de deux mois d'impasse politique.

    Le nouveau chef du gouvernement a indiqué qu’il entendait non seulement répondre à l’urgence économique, mais aussi gouverner dans la durée, pour mener entre autres, des réformes sur le plan institutionnel. Mais très rapidement, le nouvel exécutif va devoir faire des choix, notamment en matière fiscale, ce qui risque de relancer les tensions entre la coalition.

    La justice, un sujet sensible

    Quant aux questions judiciaires, elles risquent d’être un sujet aussi extrêmement délicat pour la nouvelle majorité, notamment si des mesures devaient être envisagées pour sauver Silvio Berlusconi de son procès.

    Le président du Conseil européen Herman Van Rompuy a félicité Enrico Letta et l'a encouragé à poursuivre les réformes de son prédécesseur Mario Monti.

    Parallèlement à la prestation de serment, des tirs ont éclaté devant le Palais Chigi, siège du gouvernement. Deux policiers ont été blessés, le tireur a été arrêté. Pour l'instant, la police n'avance aucun mobile.

    Beppe Grillo, artisan de ce mariage improbable

    Une manifestation doit avoir lieu ce dimanche 28 avril, à l'appel du mouvement 5 étoiles de Beppe Grillo, qui dénonce ce gouvernement de coalition gauche-droite dont il est pourtant l'artisan.

    L’improbable s’est produit en Italie : une coalition gauche-droite. L’alliance de deux partis qui se haïssent. Les démocrates, traitant les partisans de Silvio Berlusconi de « mafieux ». Ces derniers ont fait campagne contre le Parti démocrate en dénonçant la « menace » que représentait l’arrivée des communistes au pouvoir.

    L’artisan de ce mariage inédit, c’est Beppe Grillo. Son mouvement 5 étoiles, en refusant tous compromis avec la gauche, a jeté la mariée dans les bras de Silvio Berlusconi. Le Cavaliere que l’on disait fini, apparait comme le grand vainqueur des élections législatives de février, qu’il a pourtant perdues.

    La manifestation de ce dimanche n’y changera rien : les « grillinistes », avec leur politique du pire, ont réussi à réconcilier les deux grands partis italiens qu’ils voulaient détruire. Ce mariage a-t-il vraiment un avenir ? Beaucoup en doutent, mais la peur du chaos politique et l'intérêt national pourraient faire durer le gouvernement, au moins, jusqu'à l'adoption d'une nouvelle loi électorale, qui permettrait l'organisation de nouvelles élections.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.