GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 23 Juin
Lundi 24 Juin
Mardi 25 Juin
Mercredi 26 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 28 Juin
Samedi 29 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Italie: Enrico Letta plaide pour une politique de croissance en Europe

    media Enrico Letta, le nouveau Premier ministre italien, aux côtés d’Emma Bonino, ministre des Affaires étrangères, ce lundi 29 avril devant le Parlement italien, à Rome. REUTERS/ Alessandro Bianchi

    Enrico Letta a présenté les orientations de sa politique ce lundi 29 avril devant les parlementaires. Il s’est donné dix-huit mois pour obtenir des résultats concrets. Le discours, très attendu en Italie, l’était aussi par les partenaires européens. Le nouveau chef du gouvernement italien a promis des réformes économiques, sociales et institutionnelles.

    Enrico Letta a donné le ton dès le début de son discours : « Les politiques de relance de la croissance ne peuvent plus attendre », l’Italie « se meurt » à cause des politiques d'austérité. Il a souligné que « l'Europe est en crise de légitimité (...) au moment où les citoyens en ont le plus besoin, elle doit redevenir un moteur de croissance durable ».

    L'Italie « respectera les engagements » mais elle espère avoir une marge de manœuvre pour pouvoir financer sa politique de relance économique. Enrico Letta est un fervent européen, il se dit même fédéraliste. Pour le jeune président du Conseil, la réponse aux problèmes de l'UE « est dans une plus grande intégration qui mène vers une Europe fédérale ».

    Enrico Letta a placé l'avenir de l'Italie au coeur de la construction européenne.

    Jean-Léonard Touadi

    Député du Parti démocratique

    30/04/2013 - par Aabla Jounaïdi Écouter

    Pour défendre ses idées européennes, il s’est même fait lyrique. « Le port vers lequel nous nous dirigeons, a-t-il dit, s'appelle les Etats-Unis d'Europe et notre navire est la démocratie ». Sans surprise, ses premiers déplacements seront Bruxelles, Berlin et Paris.

    Un programme développé devant les parlementaires

    Enrico Letta a rappelé que le parti qui a gagné les élections est celui de l’abstention. Pour tenter de réconcilier les Italiens avec leur classe politique, le premier acte de son gouvernement sera de supprimer le salaire des ministres qui sont également parlementaires. Pour créer des emplois, lutter contre le chômage des jeunes et soutenir les petites et moyennes entreprises, il veut réduire le coût du travail en allégeant la pression fiscale.

    Il a annoncé également l'abolition, dès le mois de juin, de la taxe sur les résidences principales introduite l'an dernier par le gouvernement de Mario Monti. Silvio Berlusconi a fait de la suppression de cette taxe appelée IMU, une des conditions de son soutien au gouvernement d’Enrico Letta.

    Une décision qui va peser lourd sur le budget. Cette taxe devait rapporter huit milliards d'euros cette année dans les caisses de l'Etat. Il a néanmoins promis de s'attaquer à la pauvreté, « nous pourrons étudier des formes de revenu minimum pour les familles démunies avec des enfants en bas âge, ainsi que des propositions d'incitations à l’embauche des jeunes dans les régions les plus défavorisées ». Toujours dans le but d’alléger la fiscalité, il veut supprimer les provinces italiennes. Une réforme que son prédécesseur Mario Monti avait entamée.

    L’autre priorité : la réforme des institutions et du code électoral

    Enrico Letta a promis une réforme de la loi électorale qui n’a pas permis de dégager une majorité claire au Parlement. « Nous devons nous engager solennellement à faire en sorte que la consultation parlementaire des 24 et 25 février soit la dernière organisée en vertu de la loi électorale actuelle ».

    Une convention sera mise en place pour réfléchir à une nouvelle loi constitutionnelle qui renforcerait la stabilité du gouvernement. Si cette convention ne devait pas voir le jour, il en tirerait les conclusions : « Dans 18 mois, je vérifierai si les réformes arrivent à bon port. Si tout s'enlise, j'en tirerai les conséquences ».

    La composition du gouvernement saluée par la presse et les marchés

    Pour mener à bien son programme, il pourra compter sur les membres de son gouvernement dont la compétence, la jeunesse et le nombre de femmes, beaucoup de femmes, plus qu'il n'y en a jamais eu dans un gouvernement italien. Sept femmes dont une est issue de la diversité, c'est la première femme d’origine africaine ministre, elle s'appelle Cécile Kyenge. Elle a 49 ans. Ministre de l’intégration, elle veut remplacer le droit du sang par un droit du sol. Pour elle, un enfant d’immigré qui est né en Italie et a été formé en Italie doit être un citoyen italien, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.

    Un soutien particulier : Gianni Letta, l'un des hommes les plus influents en Italie

    Enrico Letta est le neveu de l'éminence grise de Silvio Berlusconi, Gianni Letta. Cet ancien journaliste a été le bras droit du « Cavaliere » pendant toute sa carrière. Certains n'hésitent pas à dire que « Berlusconi a les tripes et Letta un cerveau ».

    L’influence de son oncle n’est donc pas négligeable y compris sur la formation du gouvernement qui fait la part belle aux membres du Peuple de la liberté, le parti de Berlusconi. Beppe Grillo considère que son gouvernement est digne du meilleur Bunga Bunga. C’est finalement au sein de son propre parti, le Parti démocrate, qu'Enrico Letta risque de rencontrer le plus de difficultés. Il incarne l’aile droite de ce parti de gauche.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.