GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Zone euro : fort du soutien du Parlement, Enrico Letta se rend à Berlin

    media Le nouveau Premier ministre italien Enrico Letta au Parlement, à Rome, le 30 avril 2013. REUTERS/Giampiero Sposito

    Le chômage est a plus haut dans la zone euro. Il touche 12,01% de la population active en mars, soit plus de 19 millions de personnes. Un record avec de fortes disparités bien sûr : plus d’un quart des Espagnols et des Grecs sont ainsi au chômage ; en Italie, le taux est stable, un peu supérieur à 11%. L’Italie a un nouveau gouvernement dirigé par Enrico Letta. A peine investi et déjà sur le terrain, le nouveau président du Conseil italien est à Berlin ce mardi après-midi 30 avril pour sa première visite à l’étranger. Enrico Letta va demander à Angela Merkel plus d’Europe et moins d’austérité.

    C’est la chancelière allemande, Angela Merkel, qui a lancé l’invitation et Enrico Letta a décidé de l’honorer immédiatement. Cette visite extrêmement rapide du nouveau président du Conseil italien à Berlin a un objectif : présenter la politique qu’il entend poursuivre en tant que chef du gouvernement. L’Italie veut continuer sur la voie de la réduction des dépenses publiques, mais elle attend de l’Union européenne « une politique de croissance et pas seulement une politique d’austérité », dit-il.

    Dans son discours devant les parlementaires italiens lundi, il clamait que « L’Italie risque de mourir d’austérité ». Le nouveau Premier ministre devrait plaider à Berlin pour un assouplissement des contraintes budgétaires européennes à l’égard de l’Italie afin de se ménager une marge de manœuvre pour relancer une économie plongée dans la récession.

    A Bruxelles et à Paris, il défendra les mêmes idées et, comme l’avait fait son prédécesseur Mario Monti, il s’appuiera sur le président français François Hollande pour constituer un axe franco-italien en faveur d’une politique de croissance européenne. La rencontre aura lieu demain, mercredi après-midi.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.