GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 20 Novembre
Mercredi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Carlos Ghosn, le PDG de Renault-Nissan, arrêté à Tokyo sur des soupçons de malversations (NHK)
    • Meurtre de Khashoggi: Berlin veut des sanctions contre 18 citoyens saoudiens (ministre des Affaires étrangères)
    • UE: feu vert des ministres des Vingt-Sept au projet d'accord sur le Brexit (ministre autrichien)
    • La firme Nissan confirme que Carlos Ghosn a dissimulé des revenus au fisc et va proposer son départ
    • Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement français: «Il faut se désintoxiquer du tout pétrole» (BFMTV)
    • Le PDG de Renault-Nissan, Carlos Ghosn entendu au Japon sur des soupçons de dissimulation de revenus au fisc (médias)
    • Israël: un ministre clé reste au gouvernement, éloignant la probabilité d'élections
    • Le Cambodge n'autorisera aucune base militaire étrangère sur son sol (Premier ministre Hun Sen)
    • France: de nouveaux rassemblements de «gilets jaunes», opérations escargots et dépôts pétroliers bloqués ce lundi
    Europe

    Kosovo : l’enquête sur le trafic d’organes s’élargit

    media

    L’affaire du trafic d’organes au Kosovo pourrait connaître un rebondissement majeur. Mardi, les noms de deux nouveaux inculpés dans l’un des volets de cette affaire – celui qui concerne la clinique Medicus de Pristina – ont été dévoilés. Il s’agit de responsables politiques de premier plan, proches du Premier ministre Hashim Thaçi.

    De notre correspondant à Pristina,

    Lundi 29 avril, le tribunal spécial de la mission européenne Eulex, dirigé par le procureur américain Jonathan Ratel, condamnait cinq médecins du Kosovo pour le trafic d’organes pratiqué dans la clinique Medicus, un établissement privé de la banlieue de Pristina. Les accusés ont été reconnus coupables de « crime organisé, trafic d’organes, coups et blessures, abus de fonction, fraude et trafic d’influence ». Le docteur Lutfi Dervishi, propriétaire de la clinique, écopait d’une peine de huit années de prison.

    Dans cette clinique, qui a fermé ses portes en 2008, des donneurs « volontaires », venus de Russie, d’Ukraine, de Moldavie, de Turquie, d’Inde ou du Pakistan vendaient l’un de leurs reins – pour un prix de l’ordre de 15 000 euros – tandis que de riches receveurs, originaires notamment d’Allemagne ou du Canada, payaient 100 000 euros pour une transplantation. Le tribunal a confirmé « au moins » 30 transplantations opérées dans ces conditions.

    Après avoir rendu son verdict, le tribunal annonçait qu’il allait inculper huit nouvelles personnes. Mardi dernier, le quotidien de Pristina Koha Ditore a révélé le nom de deux de ces inculpés : l’ancien ministre de la Santé du Kosovo, Alush Gashi, et le docteur Shaip Muja, un conseiller et très proche collaborateur du Premier ministre Hashim Thaçi. Ces accusations concernent spécifiquement le trafic illégal d’organes qui se déroulait dans le cadre de la clinique Medicus, mais ces mêmes noms reviennent dans l’autre affaire de trafic d’organes, celui qui aurait été pratiqué durant la guerre du Kosovo par la guérilla de l’UÇK sur des prisonniers serbes.

    Selon le rapport présenté devant le Conseil de l’Europe en décembre 2010 par le député Dick Marty, ces civils, kidnappés par la guérilla au printemps et à l’été 1999, auraient été transférés dans des centres de détention secrets en Albanie. Les prisonniers étaient abattus puis leurs deux reins étaient immédiatement prélevés. Ces crimes auraient eu lieu dans une clinique « provisoire » installée dans la petite ville de Fushe Kruja, non loin de l’aéroport de Tirana, par lequel les organes étaient exportés. Plusieurs dizaines de personnes auraient été assassinées dans ces conditions. Au total, près de 500 Serbes, officiellement portés disparus, auraient été déportés en Albanie – et, à ce jour, aucun n’a été revu vivant.

    Au début des années 2000, la clinique Medicus aurait « pris le relais » du trafic mené sur les prisonniers serbes, et les noms des mêmes personnages sont cités dans les deux affaires. Ainsi, selon le rapport de Dick Marty, le docteur Shaip Muja, qui était le chef du service médical de la guérilla, aurait lui-même procédé aux ablations d’organes sur les prisonniers assassinés. Les mêmes réseaux internationaux sont également impliqués : un nom revient dans les deux affaires, celui d’un médecin turc, Jusuf Sönmez, surnommé « docteur Vautour », qui a été jugé par contumace à Pristina. Après avoir été brièvement interrogé par la justice turque en 2011, sur la base du mandat d’arrêt transmis par Eulex, il a été remis en liberté, la Turquie n’extradant pas ses ressortissants. Le « docteur Vautour » aurait désormais ouvert une nouvelle clinique en Afrique du Sud, toujours spécialisée dans la transplantation d’organes… Il en va de même pour Moshe Harel, un ressortissant israélien qui aurait joué le rôle de « rabatteur de clients » pour la clinique Medicus, et qui a également été jugé in absentia à Pristina.

    Toutes les personnes citées – et condamnées par la justice – sont des proches d’Hashim Thaçi, qu’il s’agisse de Lutfi Dervshi, le propriétaire de la clinique Medicus, ou du docteur Shaip Muja. Jusqu’à présent, le Premier ministre du Kosovo a toujours démenti en bloc toutes les accusations, niant la réalité du moindre trafic d’organes ayant impliqué des cadres de l’UÇK, mais sa ligne de défense est de plus en plus difficile à tenir. Il est en effet prouvé par la justice qu’un trafic international a bien eu lieu au Kosovo, et que celui-ci a impliqué des cadres importants de l’ancienne guérilla. Toute la question est donc désormais de savoir si la clinique Medicus a bel et bien « pris le relais » d’un trafic entamé dès l’époque de la guerre…

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.