GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 23 Novembre
Dimanche 24 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Les ministres français et allemand des Affaires européennes essaient de faire converger leurs vues

    media Thierry Repentin (gauche) et Michael Georg Link à Berlin en mars dernier. AFP PHOTO / JOHANNES EISELE

    Depuis les attaques des socialistes français contre la politique d'austérité dictée par la chancelière Angela Merkel, les relations franco-allemandes ont du plomb dans l'aile. Ce vendredi 10 mai, lors d'une rencontre à Paris, les ministres des Affaires européennes Michael Link et Thierry Repentin ont donc tenté de déminer le terrain, en prenant leurs distances avec la politique de rigueur comme seul remède pour la France en crise.

    L'austérité n'est qu'un ingrédient pour remettre l'économie française sur les rails, estime le ministre allemand des Affaires européennes. L'élément essentiel du régime que Michael Link conseille à ses amis français, ce sont les réformes structurelles comme celle du marché de travail, déjà amorcée.

    « Je pense par exemple au processus de la sécurisation de l’emploi, précise le ministre. Les partenaires sociaux allemands ont vu avec beaucoup de respect ce qu'il s’est fait en France. Cela a changé quelque chose. Nous pensons qu’il faut encore continuer à réformer le marché du travail ici. C’est beaucoup plus que l'austérité, c’est de compétitivité dont nous parlons. »

    Les efforts de la France pour la compétitivité et le sérieux budgétaire portent déjà leurs fruits. Du moins, Thierry Repentin, ministre français des Affaires européennes, en est convaincu.

    « Ces mesures de sérieux budgétaire qui ont été prises se traduisent aujourd’hui par une reconnaissance, y compris sur les marchés financiers internationaux, estime-t-il. Depuis quelques jours, la France peut se refinancer à 1,70% à 10 ans, ce qui est un taux historiquement bas. C’est aussi le fruit de cette reconnaissance des marchés financiers. »

    Mais Thierry Repentin insiste : la consolidation des finances publiques doit aller de pair avec des mesures de relance.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.