GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Aujourd'hui
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Royaume-Uni: vers un abandon de l'enquête sur la mort d'Alexandre Litvinenko?

    media Alexandre Litvinenko peu avant sa mort en 2006. AFP

    Saura-t-on un jour qui a versé du polonium 210 dans le thé d’Alexandre Litvinenko, le transfuge du KGB mort empoisonné par cette substance radioactive en novembre 2006 à Londres ? L’enquête judiciaire, appelée inquest en droit anglo-saxon, pourrait être abandonnée à cause des restrictions imposées par le gouvernement sur la consultation publique de documents secrets.

    Avec notre correspondant à Londres, Adrien Moss

    Cette enquête, obligatoire en cas de mort non naturelle, était initialement prévue pour le début de ce mois, mais elle a déjà été reportée à octobre 2013.

    Selon le magistrat chargé de la préparer, il y a deux questions fondamentales : quelle implication de l’Etat russe ? Quelles mesures de protection auraient dû prendre le gouvernement britannique ? Sauf qu'elles ne pourront pas être évoquées, compte tenu de la raison d’Etat.

    Consternation

    Le magistrat en déduit donc que son enquête ne pourra être ni juste, ni complète. Il suggère qu’elle soit abandonnée et remplacée par une enquête publique. Les documents que le gouvernement britannique veut protéger seraient alors examinés à huis clos.

    La veuve de l’ancien espion russe se dit consternée par cette décision. Selon son avocat, il protège les responsables de l’assassinat d’un citoyen. « C’est une tragédie pour la justice britannique », explique ce dernier.

    Pour un proche de la veuve de Litvinenko, en fait, le gouvernement ne veut pas embarrasser Poutine. « Il est plus préoccupé par l’usage d’armes chimiques en Syrie que de polonium dans les rues de Londres », estime-t-il. Les parties concernées ont 14 jours pour faire appel de ce jugement.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.