GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Un violent séisme dans l'Extrême-Orient russe fait trembler Moscou

    media La place Rouge à Moscou, le 15 mai 2013 REUTERS/Maxim Shemetov

    L'épicentre du tremblement de terre, qui s'est produit vendredi 24 mai était situé à une profondeur de plus de 600 km sous la mer d'Okhotsk, selon l'Institut d'études géologiques des États-Unis. Ce dernier a relevé une magnitude de 8,2 sur l’échelle de Richter. Les autorités russes ne font état d’aucune victime, ni de dégâts particuliers, mais la secousse a été ressentie jusqu'à Moscou, à près de 7 000 kilomètres.

    Des murs ont tremblé, le sol a légèrement bougé dans plusieurs quartiers de la capitale russe. Des habitants racontent avoir entendu leur vaisselle s’entrechoquer et vu les lustres se balancer durant quelques dizaines de secondes. De belles frayeurs pour certains qui sont rapidement sortis dans la rue. Par mesure de sécurité, des bureaux du centre-ville ont été évacués.

    Au total, 9 000 personnes se sont retrouvées dehors, selon les responsables de services de secours, qui ont enregistré de nombreux appels. « Il ne se passe rien de grave », a rapidement expliqué le maire Sergueï Sobianine, soulignant qu’il n’y avait eu aucun dégât. Des expertises sont toutefois en cours, en particulier dans les bâtiments les plus anciens.

    L’institut de géophysique de l’académie russe des Sciences a évalué à 2 la magnitude des secousses enregistrées dans plusieurs régions très éloignées de l'épicentre du séisme, à Saint-Pétersbourg, Nijni Novgorod ou Moscou. Cela fait près de 30 ans que les habitants de la capitale russe n’avaient pas senti la terre trembler.

    La dernière fois, c’était en 1984, lorsqu’un tremblement de terre s'était produit en Moldavie et en Roumanie, c'est-à-dire à l’autre extrémité de la plaque qui a tremblé aujourd'hui. Les spécialistes préviennent : le phénomène pourrait se reproduire, plusieurs séismes ayant été enregistrés ces derniers jours au large de l'Extrême-Orient russe.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.