GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Aujourd'hui
Samedi 24 Août
Dimanche 25 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Hongrie: les habitants se serrent les coudes pour faire face à la crue du Danube

    media En Hongrie, le Danube est sorti de son lit, le 8 juin 2013. REUTERS/Bernadett Szabo

    En Hongrie, après avoir en partie inondé plusieurs villes dans le nord-ouest du pays, la crue du Danube a atteint son pic à Budapest dans la nuit du dimanche 9 au lundi 10 juin. Pas de morts ni de blessés pour l’instant dans le pays où plus de 1 500 personnes ont été évacuées. Même si certains villages sont isolés par les eaux, la Hongrie semble avoir échappé au pire. C’est sans doute du à la forte mobilisation de la population : 8 000 soldats, des milliers de policiers, de pompiers et de secouristes, et aussi des milliers de bénévoles.

    Avec notre correspondante à Budapest, Florence La Bruyère

    Sans ses milliers de bénévoles, la Hongrie s’en serait beaucoup moins bien sortie. Certains Hongrois qui vivent loin du Danube ont traversé le pays pour prêter main forte aux villages menacés.

    Tout le monde a mis la main à la pâte. Des enfants de 5 ans, des grands-parents, et des personnes à mobilité réduite ont spontanément proposé leur aide. Même à Esztergom, une ville de 35 000 habitants au nord de Budapest. Une ville très divisée, entre droite et gauche. Mais avec la crue du Danube, oubliées les querelles, les habitants se sont serrés les coudes.

    « On a mis nos différences politiques et religieuses de côté, dit Janos Pal Knapp, directeur de l’entreprise de gestion de la ville, et on s’est unis, pour protéger la ville. Catholiques, protestants, baptistes…. on était tous ensemble pour remplir des sacs de sable. Après, on recommencera à se disputer ! Comme d’habitude ! »

    A Esztergom, des lycéens ont aidé les soldats. Et on a vu des socialistes, des centristes et des militants d’extrême droite travailler ensemble pour renforcer les digues. C’est tellement rare, des moments comme ça, confiait un habitant. La société hongroise est très divisée. Mais dès qu’une catastrophe se profile à l’horizon, c’est l’union sacrée.
     

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.