GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Fermeture de l'ERT en Grèce: une nouvelle loi devant le Parlement

    media «La révolution ne sera pas télévisée» peut-on lire sur cette pancarte sur un stutio tv de l'ERT, mercredi 12 juin 2013. REUTERS/John Kolesidis

    «Non à la dictature !» Voilà ce que l'on peut lire sur une grande banderole hissée devant le bâtiment abritant le siège de la radio-télévision publique, ERT. Depuis mardi soir, 23h, les Grecs n'ont plus ni télévision ni radio publiques, conséquence de la décision du gouvernement de clôturer immédiatement les programmes par mesure d'économie. Face aux multiples manifestations de mécontentement -grève des médias privés, réactions de tous bords-,  le gouvernement a annoncé le dépôt d'un projet de loi réorganisant tout l'audiovisuel public grec, télévision, radio et internet, et tente, dans une conférence de presse, de justifier le décret pris mardi soir.

    Avec notre correspondante à Athènes, Amélie Poinssot

    «Ce n’est pas une fermeture, mais un redémarrage!, a asséné le porte-parole du gouvernement, Simos Kedikoglou. Tout ce qui est raconté dans les médias étrangers n'est que mensonge».

    Les médias grecs étant en grève ce mercredi, c’est devant les correspondants de la presse étrangère, incrédules, que le porte-parole du gouvernement a défendu cette mesure soudaine, d’interruption des chaînes de la télévision publique nationale, une décision tout à fait démocratique, selon lui, puisque une loi va passer devant le Parlement.

    Considérant que le statut public de ERT était une exception en Europe, négligeant complètement au passage l’existence de médias comme RFI ou la BBC, il a soutenu qu’on ne pouvait pas maintenir un tel groupe médiatique pour seulement 10% de téléspectateurs.

    Le porte-parole du gouvernement a toutefois tenu à préciser que le motif de cette décision n’était pas économique, qu’elle n’était pas imposée par la troïka. « Il s’agit surtout de mettre fin au gaspillage, de faire redémarrer le groupe avec une nouvelle structure plus saine. Nous avons essayé à de multiples reprises, se défend-il, mais nous n’y sommes pas parvenus ».

    Repartir de zéro donc, avec des critères de recrutement transparents et méritocratiques, le gouvernement Samaras aura bien du mal à convaincre. Depuis un an qu’il est en fonction, il a lui-même entretenu les pratiques clientélistes qu’il dénonce aujourd’hui.

    Les salariés des chaînes publiques grecques ERT tentaient aujourd'hui de faire revenir le gouvernement sur sa décision et de leur côté, les syndicats grecs ont appelé à une grève de 24 heures demain, jeudi pour protester contre la mesure. 

    Inquiétude en Europe

    En Europe aussi, plusieurs réactions se sont faites entendre. La Commission européenne a pris acte de la décision du gouvernement grec de fermer la radio-télé publique, mais elle insiste sur le rôle indispensable joué par le service audiovisuel dans la vie démocratique. Comme le précise notre correspondant à Bruxelles, Pierre Bénazet, la Commission européenne n'a pas de compétence particulière en matière de médias publics. On l'a vu récemment concernant la Hongrie ou encore l'Italie.

    Le président de l’Union européenne de Radio-Télédiffusion (UER), Jean-Paul Philippot, qui dirige aussi la TPF, la Télévision publique belge, appelle l’Union européenne à prendre ses responsabilités. Ses responsabilités ne peuvent pas être qu’économiques, il faut aussi qu’elles affirment les valeurs européennes.

    Pour le président de l’Union européenne de radiodiffusion, il s'agit d'une atteinte brutale et massive à la démocratie, aux valeurs européennes, une régression grave et sans précédent.

    Cela ne s’est même jamais passé sous la dictature des colonels en Grèce. La police  envoyée par le gouvernement pour fermer l’émission d’une chaîne de télévision... Il faut que l’Europe réagisse, l’enjeu est celui des valeurs européennes et de la démocratie en Europe.

    La ministre française de la Culture, Aurélie Filippetti a également réagi.

    L'audiovisuel public c'est l'un des piliers de toute grande société démocratique. Donc je regrette profondément cette décision des autorités grecques.

    Aurélie Filippetti: « cette fermeture est un symbole tragique»

    Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication

    12/06/2013 - par RFI Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.