GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 23 Août
Mercredi 24 Août
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
Aujourd'hui
Dimanche 28 Août
Lundi 29 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Roberto Pannunzi, le «Copernic de la cocaïne» de retour en Italie

    media

    Il est considéré comme le plus grand trafiquant de cocaïne du monde. L’Italien Roberto Pannunzi a été arrêté jeudi 4 juillet en Colombie, avant d'être expulsé. Il est arrivé hier samedi sous escorte policière en Italie. Selon les autorités italiennes, ce chef mafieux est le seul à pouvoir organiser l’achat et la vente de cargaisons de plus de trois tonnes de drogue. Histoire de son ascension.

    Avec notre correspondant à Rome, Eric Joseph

    La cavale de Roberto Pannunzi aura duré un peu plus de trois ans. Condamné en Italie à seize ans et demi de prison pour trafic de stupéfiants, il était parvenu à deux reprises à se faire la belle, la dernière fois en 2010 alors qu’il était en résidence surveillée en raison de problèmes cardiaques.

    Sexagénaire, ses ennuis de santé ne l’avaient en tout cas pas empêché de reprendre du service, et de s’imposer comme le plus grand négociant de cocaïne au monde.

    Sans être formellement affilié à un clan mafieux, Roberto Pannunzi était l’intermédiaire de référence entre le cartel de Medellin et les parrains mexicains d'un côté et, de l’autre, la 'Ndrangheta calabraise et la Cosa Nostra sicilienne.

    Le courtier des trafiquants

    Ce qui fait dire à l’écrivain Roberto Saviano, l’auteur de Gomorra, que Roberto Pannunzi n’était pas à proprement parlé un boss de la mafia, mais plutôt un « broker », c’est-à-dire un courtier, qui a su inventer de nouvelles formes de trafic et s’adapter comme nul autre aux évolutions du marché, au point de le surnommer « le Copernic de la cocaïne ».

    Du côté des magistrats italiens, on se réjouit bien sûr de la capture de Pannunzi, mais on espère cette fois qu’il ne sera pas placé en résidence surveillée. Un procureur calabrais a confié : « C’est épuisant de devoir faire à chaque fois le tour du monde pour le retrouver. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.