GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 16 Août
Jeudi 17 Août
Vendredi 18 Août
Samedi 19 Août
Aujourd'hui
Lundi 21 Août
Mardi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Irlande: adoption d’une loi controversée sur l’avortement

    media

    Les députés irlandais ont voté avec une large majorité (127 pour 31 contre) une nouvelle loi clarifiant la position sur l’avortement en Irlande, autorisé dans le cas extrême où la vie de la mère est en danger. L’avortement est un sujet très sensible, qui mobilise et divise l’opinion irlandaise.

    Avec notre correspondant à Dublin, Hervé Amoric

    L’avortement n’est plus un tabou, on en parle, mais c’est un sujet hypersensible, qui divise, fracture l’Irlande, dans la rue comme au Parlement. Les libéraux réclament une loi avec vigueur depuis la mort d’une jeune dentiste dans un hôpital irlandais à l’automne dernier, elle venait de subir une fausse couche et on lui a refusé un avortement qui aurait pu la sauver. Dans l’autre camp, les conservateurs et l’Eglise catholique considèrent que cette loi, même si elle est restrictive, ouvre la porte à l’IVG en Irlande, pour la première fois.

    Finalement, à l’Assemblée, le gouvernement a eu gain de cause. On s’y attendait, le Premier ministre Enda Kenny a une large majorité. Mais cette loi sur l’avortement a fait une victime politique, la jeune ministre aux Affaires européennes, objecteur de conscience. Lucinda Cerighton a voté contre la majorité, elle sera exclue du gouvernement et de sa formation parlementaire.

    Il y a 21 ans, les Irlandais ont décidé lors d’un référendum d’autoriser l’avortement dans le cas extrême où la vie de la mère est en danger. Mais la Constitution irlandaise protège aussi les droits du fœtus, de « l’enfant à naître ». Si bien que les médecins ne savent pas à quel moment ils peuvent intervenir légalement.

    Il a fallu deux décennies pour qu’un gouvernement produise enfin une loi qui clarifie la situation. En revanche, cette loi est si restrictive qu’elle ne va pas changer grand-chose pour les milliers de femmes qui se rendent chaque année à l’étranger pour subir une IVG.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.