GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 5 Décembre
Mardi 6 Décembre
Mercredi 7 Décembre
Jeudi 8 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 10 Décembre
Dimanche 11 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Turquie: la justice permet à un couple d'appeler sa fille «Kurdistan»

    media

    « Kurdistan ». Il ne s’agit pas là du territoire de ce peuple partagé entre plusieurs pays, dont la Turquie, mais bien le nom d’une petite fille. Ses parents se battaient pour avoir le droit de la baptiser ainsi. Samedi 13 juillet, la plus haute juridiction turque a donné son feu vert. « Kurdistan » était un terme jusque-là totalement banni.

    Avec notre correspondant à Istanbul, Jérôme Bastion

    Ce prénom ne sera peut-être pas facile à porter en toutes circonstances. En revanche, il fera au moins la fierté de sa propriétaire dans sa région et dans les zones kurdes des pays voisins. En effet, elle est certainement la toute première à le porter; en Turquie, mais également en Syrie, en Irak et en Iran.

    L’affaire n’aura pas été des plus simples. La petite fille, née il y a maintenant deux ans, avait été d’abord débaptisée par un tribunal local, qui estimait que ce mot était trop étroitement associé au désir d’autonomie du peuple kurde de Turquie, et donc séditieux.

    Mais les temps changent, bon an mal an. Il y a 13 ans, la même cour de cassation avait déjà brisé un tabou en autorisant l’utilisation de prénoms kurdes. Aujourd’hui, à la faveur d’un processus de négociation avec la rébellion kurde du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et d’une volonté affichée de réconciliation avec la population kurde, cette cour en a brisé un autre.

    Ainsi, c’est un nouvel interdit qui disparaît. Il faut, en tout cas, espérer pour la petite « Kurdistan », qui vivait depuis deux ans avec le prénom Helin, que ce processus aille à son terme, sans quoi il ne lui restera plus qu’à demander un nouveau changement d’identité.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.