GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 30 Juillet
Dimanche 31 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Hongrie: condamnation à perpétuité pour les quatre meurtriers de Roms

    media

    Une condamnation jugée exemplaire en Hongrie. Quatre hommes ont été reconnus coupables de crimes racistes pour une série de meurtres perpétrés contre des Roms en 2008 et 2009. Trois d'entre eux écopent de la prison à vie. Le gouvernement hongrois, par la voix de son ministre des Ressources humaines et de l'intégration sociale, espère que le jugement sera confirmé en deuxième instance.

    Avec notre correspondante à Budapest, Florence La Bruyère

    Dans la salle d’audience, bondée à craquer, les familles des victimes ont applaudi la sentence : prison à perpétuité pour les trois principaux accusés. Ces sympathisants d’extrême droite ont été reconnus de meurtres racistes, contre six personnes d’origine rom. Le quatrième complice, le chauffeur du commando, a été condamné à treize ans.

    Des crimes particulièrement odieux. Les tueurs ont notamment incendié la maison d’une famille tzigane avec des cocktails Molotov. Puis ils ont tiré, à bout portant, sur le père de famille et sur son fils de 4 ans qui tentaient de fuir dans le jardin.

    Il reste beaucoup de zones d’ombres dans cette affaire. L’un des condamnés avait servi d’informateur aux services secrets et curieusement les services ont cessé de l’employer, deux mois avant le premier crime. D’autre part, le dossier du procureur révèle que ces tueurs voulaient créer une armée privée et inciter à la guerre civile, ce qui équivaut à du terrorisme. Mais cette charge n’a pas été retenue contre les accusés.

    Les avocats de la défense vont faire appel. Le ministre des Ressources humaines et de l'intégration sociale, Zoltan Balog s'est félicité de ce jugement et il espère qu'il sera confirmé en deuxième instance. « Cela renforce la conviction que les auteurs de crimes racistes ne peuvent échapper à la loi. Les meurtriers barbares doivent recevoir une peine qui correspondent à leurs actes », a t'il ajouté.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.