GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 23 Novembre
Dimanche 24 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    L’affaire Snowden agite l’Allemagne avant les élections

    media La popularité de la chancelière Merkel et de son parti restent au beau fixe. REUTERS/Fabrizio Bensch

    L’affaire Snowden s'invite dans la campagne électorale en Allemagne. Selon la presse d’outre-Rhin, Berlin aurait collaboré avec la NSA. Ce scandale fait les affaires de l'opposition de gauche qui attaque le gouvernement. Mais il semble que le vent tourne.

    Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

    Le ton monte en Allemagne. Les élections approchent, la vérité a de bonnes chances, chacun exploitant l’affaire à des fins politiciennes, de s’éloigner. Jusqu’à présent, l’opposition de gauche tirait à boulets rouges sur les responsables conservateurs leur reprochant, pour faire simple, d’avoir trahi la patrie en collaborant avec l’agence de sécurité américaine NSA et en autorisant la livraison massives de données.

    La ligne de défense des conservateurs n'était pas toujours convaincante. Ils viennent de sortir un joker : un accord signé en 2002 par le social-démocrate Frank-Walter Steinmeier, bras droit à l’époque du chancelier social-démocrate Gerhard Schröder, et les Etats-Unis. L’ancien ministre des Affaires étrangères et actuel patron du groupe parlementaire SPD est désormais accusé, comme le reste de son parti, de cultiver l’hypocrisie.

    Ces attaques contre les conservateurs ne seraient qu’une exploitation politicienne venant de ceux qui ont développé les relations entre services secrets allemand et américain.
    Les sociaux-démocrates parlent d’une mesure de diversion. Ils soulignent que la technique n’était pas en 2002 ce qu’elle est aujourd’hui et que le programme Prism au cœur des polémiques a été développé plus tard.

    Malgré la sensibilité des Allemands pour la protection des données privées, cette affaire qui agite le microcosme politique depuis plusieurs semaines n’a pas eu de conséquence majeure jusqu’à présent. La popularité de la chancelière Merkel et de son parti restent au beau fixe.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.