GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 30 Juillet
Dimanche 31 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Grèce: 12 500 fonctionnaires seront mutés de force d'ici fin septembre

    media

    Le gouvernement grec va réduire le nombre de ses fonctionnaires. Athènes vient de donner son accord pour finaliser la mutation forcée de 12 500 fonctionnaires d'ici à fin du mois de septembre. Au mois de juillet, la Grèce s'était engagée auprès de ses créanciers, le FMI et l'Union européenne, à muter 25 000 fonctionnaires au total d'ici à la fin de l'année, et à supprimer 4 000 postes durant la même période afin de réduire ses dépenses publiques.

    Cette nouvelle mesure impopulaire pour les fonctionnaires grecs est encore une fois imposée par ses bailleurs de fonds. Et si Athènes a donné son feu vert pour restructurer la fonction publique, c'est qu'elle n'a pas d'autre choix. C'est même la condition imposée par l'Union européenne et le FMI (Fonds monétaire international) pour le versement rapide d'une aide de près de sept milliards d'euros.

    Contraint, le gouvernement grec va donc procéder à la fusion de certains organismes publics et hôpitaux. Très rapidement, les fonctionnaires vont recevoir leur nouvelle mutation. Il s'agit essentiellement d'enseignants, d'employés du ministère de l'Education, de policiers et de personnels de santé. Ces derniers sont obligés d'accepter leur nouvelle affectation. Si toutefois ils refusent, ils risquent le chômage partiel et une baisse de leur salaire avec, à la clé, un licenciement dans les mois suivants.

    Manifestation en vue

    Un procédé radical que dénoncent les syndicats qui menacent d'empêcher l'ouverture des écoles la deuxième semaine de septembre et envisagent une grande manifestation jeudi. Ces protestations ont peu de chance de faire bouger le gouvernement grec qui attend la visite des responsables de la troïka à la fin du mois. Athènes doit montrer patte blanche, d'autant plus qu'elle pourrait demander une rallonge de dix milliards d'euros d'aide.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.