GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 16 Mars
Dimanche 17 Mars
Lundi 18 Mars
Mardi 19 Mars
Aujourd'hui
Jeudi 21 Mars
Vendredi 22 Mars
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Kazakhstan: le nouveau président propose de rebaptiser la capitale Astana d'après le nom de Nazarbaïev
    • Grand débat national: 86% des Français souhaitent un changement de politique économique et sociale (sondage Viavoice)
    • Journée de la Francophonie: édition spéciale sur RFI en direct du siège de l'OIF de 6h à 8h TU (7h à 9h, heure de Paris)
    • Deux Palestiniens ont été tués par l'armée israélienne dans des affrontements en Cisjordanie (ministère de la Santé)
    Europe

    Le Premier ministre Edi Rama, le nouveau visage de l'Albanie

    media Le Premier ministre albanais, Edi Rama, le 15 septembre 2013 à Tirana. REUTERS/Arben Celi

    Le Parlement albanais a voté hier, dimanche 14 septembre, l’investiture du gouvernement de coalition du Premier ministre socialiste Edi Rama. Artiste peintre de profession et pro-européen par conviction, il s’est engagé à transformer l’Albanie, l’un des pays les plus pauvres d’Europe, en un Etat moderne, et à la rapprocher de l’Union européenne.

    L’Albanie s’est vu refuser le statut de candidat à l’adhésion à l’Union européenne à deux reprises. Parmi les principales raisons, peu de résultats concrets dans la lutte contre la corruption et le crime organisé, mais surtout une transition très difficile à une vie démocratique après plusieurs décennies de dictature communiste.

    → A (RE)LIRE : Adhésion des Balkans à l'UE: quelles perspectives après la Croatie?

    C’est l’une des rares fois depuis la chute de celle-ci qu’un gouvernement entre en fonction sans s’exposer à une longue contestation violente. Après les législatives de 2009, l’actuel Premier ministre Edi Rama lui-même était à la tête du mouvement de protestation contre l’investiture de son rival de droite Sali Berisha. La contestation a duré plusieurs années, a frôlé la guerre civile, et ne s’est terminée qu’il y a un an.

    A l’issue des élections du 23 juin dernier, Sali Berisha a reconnu sa défaite, ouvrant la voie à une vie politique apaisée, que l’Union européenne espère durable. Elle ne cache pas que la transition actuelle constitue un « test crucial pour les institutions du pays » et pour son avenir européen.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.