GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 13 Août
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Aujourd'hui
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Grèce: la fin de l'impunité pour le parti néonazi Aube dorée?

    media Rassemblement antifasciste après l'assassinat de Pavlos Fissas, un rappeur sympathisant de l'extrême gauche, le 19 septembre 2013. REUTERS/Yorgos Karahalis

    Après l'assassinat, dans la nuit du mardi 17 au mercredi 18 septembre, d'un chanteur antifasciste grec par un membre présumé du parti néonazi Aube dorée, les enquêtes sur les violences commises par ce parti ont été confiées vendredi 20 septembre aux services antiterroristes du pays. Et les révélations se multiplient dans la presse grecque sur les agissements de ce parti sulfureux.

    Avec notre correspondante à Athènes, Amélie Poinssot

    Il aura fallu un mort de nationalité grecque pour que les autorités réagissent : voilà le sentiment qui domine ces jours-ci. Car en réalité, un Pakistanais avait déjà été tué, cet hiver, par des membres d'Aube dorée. Et le parti bénéficiait toujours d'une parfaite impunité. Cette fois-ci, donc, les choses sont en train de changer.

    Le procureur de la Cour suprême a notamment été saisi de 32 affaires, des agressions sur des immigrés perpétrées par des membres du parti xénophobe depuis un an : les enquêtes n'avaient jamais abouti, et ce malgré les nombreuses dénonciations des associations de défense des droits de l'homme et diverses ONG. Le ministre de l'Ordre public était d'ailleurs très critiqué pour n'avoir pas lutté contre la propagation des crimes racistes.

    Un parti élu démocratiquement

    Il faut dire que la police grecque est soupçonnée d'être infiltrée par des hommes d'Aube dorée. Vendredi, un membre anonyme du parti néonazi a révélé dans la presse l'existence de milices d'assaut, et les médias faisaient le compte de toutes les agressions commises par l'organisation fasciste.

    Il ne fait aucun doute qu'un virage s'est opéré dans l'opinion publique. Le problème c'est qu'Aube dorée a été autorisée à se présenter comme parti politique aux élections de 2012 qui l'ont fait entrer pour la première fois au Parlement avec 18 députés. Difficile donc aujourd'hui d'interdire un parti qui a été élu démocratiquement. La droite au pouvoir reste divisée sur la question.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.