GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
Jeudi 30 Juin
Aujourd'hui
Samedi 2 Juillet
Dimanche 3 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Russie: la dépollution du lac Baïkal va être longue et difficile

    media

    Le processus de fermeture de l'usine de cellulose du lac Baïkal est en cours. Les employés ont été licenciés la semaine passée. Le processus de décontamination du site va pouvoir commencer. Marina Erikhvanova, présidente de «La vague du Baïkal», association écologique qui luttait depuis des années contre l'usine de cellulose, se réjouit de cette fermeture et explique à RFI pourquoi la dépollution risque d'être longue et complexe.  

    RFI : Comment réagissez-vous à la fermeture de l’usine de cellulose ?

    Marina Erikhvanova : c’est enfin la fête pour tous ceux qui luttent depuis de nombreuses années pour la fermeture de l’usine de cellulose de Baikalsk, qui polluait le lac Baïkal. C’est le seul site industriel qui se trouve sur le Baïkal. La région a d’autres problèmes, mais c’était le plus important. Maintenant il y a la possibilité de faire de ce site un exemple de reconversion écologique.

    La plupart, 90%, de la pollution du lac provenait des eaux déversés par cette usine. Cette usine, c’est un vieux problème, contre lequel on a commencé à lutter des la construction de l’usine. Le lac Baïkal est un point d’eau unique, le lac le plus ancien de la terre, avec son système écologique unique. L’eau de ce lac circule lentement. Cela prend 300 ans pour que l’eau soit entièrement renouvelée. Donc la pollution est là pour longtemps et il sera très difficile de l’éliminer. A l’époque de l’Union soviétique, il y a déjà eu des initiatives pour fermer cette usine, mais ça n’avait pas marché, parce qu’il y avait une forte pression des industriels qui voulaient absolument sauvegarder cette production. Cette fois-ci c’est la fête, les gens sont contents que ce problème soit résolu

    Quelle quantité de matières polluées devra être éliminée ?

    Dans les scories, il y a environ 6 millions de mètres cubes de déchets industriels. Et il doit y avoir aussi des déchets à l’intérieur de l’sine, sur le lieu de production lui-même, mais nous ne savons pas encore quelle quantité. C’est une information à laquelle nous n’avons pas accès.. Nous avons essayé de le savoir, mais l’usine ne veut pas fournir d’informations…

    Sinon, au fond du lac Baïkal, il y a une tache de pollution. Mais la zone de pollution est trop profonde pour qu’on puisse l’étudier. Elle est constituée de phénol, de lignine, chlore, et de souffre. En tout il y a environ 300 sortes de combinaisons chimiques polluants que l’usine versaient dans le lac.

    Qu’est ce qui est prévu pour dépolluer ?

    Nous manquons d’information sur les intentions des autorités. Nous avons essayé de comprendre en réunissant nos spécialistes, en faisant des tables rondes à Baikalsk et Irkoutsk. Mais malheureusement, les autorités n’ont pas l’habitude de travailler avec la société civile. Et donc ils décident à Moscou, entre eux.

    Combien de temps va prendre la dépollution et y a-t-il des projets ensuite ?

    Selon les informations dont on dispose, cela devrait prendre environ trois ans. Mais il y a déjà eu des situations semblables dans d’autres pays comme les Etats-Unis, et cela a pris trois ans en travaillant nuit et jours, et weekend. Je ne suis pas sûre que cela se passe comme ca ici. Cela prendra sans doute plus de temps…. En ce qui concerne la suite, il existait un projet de centre d’exposition et de réserve naturelle, puis on a parlé d’un Techno-parc. Nous, de notre côté, nous avons réuni des gens qui ont aussi des idées et proposent des projets concrets. On n’attend pas que quelqu’un d’en haut nous pose des questions. On fait des propositions…Il y a déjà une vingtaine de projets qui sont prêts. En octobre nous allons organiser une session pour en discuter

    Des projets qui ont des chances d’être mis en place ou qui ont déjà été acceptés ?

    Il faudra encore convaincre les autorités, mais la banque qui gère la liquidation en a déjà accepté quelques uns, par exemple, créer un data center, un centre de stockage et de traitement des données. Ce projet a été accepté par la banque mais ce n’est pas encore officiel. Les ordinateurs de ce genre de centre ont besoin d’être refroidi par l’eau courante. Et l’eau du Baïkal est à 4 degrés. Souvent pour ce genre de centre, c’est le refroidissement de l’eau constitue le coût le plus important. Donc l’utilisation d’eau naturellement froide diminue les dépenses. Je sais qu’en Finlande, il y a eu une usine de cellulose qui a été transformée en data center.

     

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.