GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 21 Novembre
Vendredi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Russie: grève de la faim de Nadejda Tolokonnikova, une des Pussy Riot en prison

    media Nadejda Tolokonnikova, en avril 2013, lors d'une comparution devant la cour de Zubova Polyana en Mordovie. AFP/Maksim Blinov

    En Russie, après la publication d’une lettre ouverte de Nadejda Tolokonnikova, l’une des Pussy Riot, dénonçant ses conditions de vie dans la colonie pénitencière de Mordovie, l’administration russe s'est défendue ce mardi 24 septembre dans la presse. Nadejda Tolokonnikova purge depuis août 2012, une condamnation à deux ans de prison, pour avoir chanté une prière punk contre Vladimir Poutine dans la cathédrale du Christ sauveur de Moscou. Elle a entamé une grève de la faim.

    Avec notre correspondante à Moscou, Muriel Pomponne

    Pour l’administration pénitentiaire russe, Nadejda Tolokonnikova n’a pas à se plaindre de son sort. Elle travaille, comme les autres prisonnières, dans un atelier de couture de 8 h à 16 h ou de 16h à minuit. Une affirmation justement contestée par la jeune femme, qui dénonce des journées de travail sans fin, pour pouvoir réaliser des objectifs de production toujours plus importants.

    En mai dernier, son avocat s’était déjà plaint des conditions de vie de sa cliente, des brimades, des pressions sur les détenues avec lesquelles elle avait de bonnes relations. Nadejda a alors été transférée dans un endroit «sécurisé» dit l’administration, «une cellule de 7 mètres carrés avec un lit, un réfrigérateur et un wc».

    Le directeur adjoint du camp, Iouri Kouprionov, dément l’avoir menacée de mort, lorsqu’elle s’est plainte des conditions d’hygiène, des cadences de travail, des brimades et des coups reçus par ses codétenues. La menace était indirecte il est vrai… On lui aurait fait comprendre qu’à cause de ses plaintes, le régime allait se durcir pour l’ensemble des détenues, qui chercheraient alors à se venger sur elle.

    Que deviennent ses autres compagnes des Pussy Riot ?

    Rappelons que l’une des trois Pussy Riot, Ekaterina Samoutsevitch, a été libérée après avoir exprimé des remords. La troisième, Maria Aliokhina, également condamnée à deux ans de prison, a déposé une requête pour purger sa peine en résidence surveillée. Le tribunal de Berezniki, en Sibérie, doit se prononcer jeudi 26 septembre.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.